Le climat, au cœur du programme de Joe Biden

world in transition

Le climat, au cœur du programme de Joe Biden

Christopher Kaminker, PhD - Group Head of Sustainable Investment Research, Strategy & Stewardship

Christopher Kaminker, PhD

Group Head of Sustainable Investment Research, Strategy & Stewardship

Suite à l’élection de Joe Biden à la présidence, nous sommes confiants que nos stratégies CLIC™ auront le vent en poupe.

Au cours des derniers mois, l’Asie a franchi un grand pas en avant en ce qui concerne les objectifs zéro émission nette : la Chine, le Japon et la Corée du Sud ont tous annoncé un durcissement de leurs objectifs. Par ailleurs, le Pacte vert européen se concentre tout particulièrement sur les stratégies CLIC™, telles que l’économie circulaire, la décarbonisation et la nature. De plus en plus d’entreprises se fixent des objectifs, avec un record de 77 entreprises supplémentaires visant des objectifs climatiques fondés sur des données scientifiques (SBT) en octobre, battant ainsi le record de juin (+60 entreprises). Ces entreprises s’engagent à réduire leurs émissions conformément à un scénario bien en dessous de 2°C ; l’initiative a dépassé le seuil des 1000 entreprises début octobre, mettant ainsi en avant le rythme soutenu auquel le secteur privé fixe des objectifs de réduction des émissions.

Maintenant que les États-Unis ont élu un nouveau président dont le programme électoral se concentre sur le climat, nous pouvons nous attendre à une augmentation des investissements américains dans les technologies vertes et l’infrastructure. Joe Biden a présenté son plan de lutte contre le changement climatique en juillet. Ce dernier se concentre sur l’énergie verte (notamment l’hydrogène renouvelable), le transport et l’infrastructure dans le cadre du programme « Build Back Better » et mobilise USD 2 000 milliards en quatre ans. Le plan du président élu est axé sur les industries spécifiquement ciblées par notre stratégie Climate Transition , et plus particulièrement de la catégorie des « secteurs en transition ». Nous pensons que celle-ci sera bien placée pour gagner du terrain de façon significative en conséquence directe des futures réglementations internationales et de l’impulsion supplémentaire que l’ensemble des États-Unis donnera aux forces de marché, qui sont déjà très dynamiques.

Nous pouvons nous attendre à une augmentation des investissements américains dans les technologies vertes et l’infrastructure

Alors que la vague bleue n’a pas déferlé sur le Congrès, laissant Joe Biden sans majorité au Sénat (pour l’instant), le président élu a déclaré que les États-Unis réintégreraient l’Accord de Paris sur le climat dès le premier jour de son mandat. Les États-Unis ont officiellement quitté l’Accord de Paris le 4 novembre 2020, mais le pays peut revenir sur cette décision sans l’accord du Congrès et récupérer son statut de membre 30 jours plus tard (en février 2021). Voilà qui permettrait d’envoyer un signal fort, aussi bien au niveau international que domestique, que le gouvernement américain a changé.

Le plan pour une énergie propre lancé par le président élu promet de poser les jalons nécessaires pour que les États-Unis atteignent l’objectif zéro émission nette d’ici 2050 au plus tard. Avec un Congrès divisé, reste à savoir si Joe Biden sera capable de tenir toutes les promesses du plan environnemental ambitieux qu’il a révélé cet été. Toutefois, nous nous attendons à voir un intérêt marqué pour le secteur de l’énergie, une augmentation de l’approvisionnement en énergies renouvelables, un durcissement de l’attitude envers les émissions provenant de combustibles fossiles, une incitation à acheter des véhicules électriques et à adopter des normes plus strictes en matière d’émission de combustibles et un élan vers la construction et l’agriculture vertes. L’engagement que Joe Biden a pris cet été envers le climat s’est ajouté aux USD 3 000 milliards qu’il a promis l’année dernière en faveur de l’infrastructure et de l’énergie propre et aux USD 700 milliards qu’il a accordés en début d’année pour stimuler la production et l’innovation. Suite à l’élection américaine, nous nous attendons à un intérêt bien plus marqué pour les technologies zéro émission nette. Cela stimule le potentiel de croissance de nombreuses opportunités d’investissement que nous avons identifiées dans notre stratégie Climate Transition, selon nous.

À notre avis, la multiplication des réglementations axées sur la reprise verte offre de nombreuses opportunités d’investissement dans le domaine de la durabilité.  Nous nous concentrons sur ces changements de comportement à mesure que le confinement est relâché et sur l’utilisation de la technologie en tant que catalyseur d’un retour plus écologique à une « nouvelle normalité ». Les progrès technologiques permettent une plus grande connectivité en faveur du télétravail, des systèmes de transport mieux intégrés et contribuent à surveiller toute future propagation du virus. Nous pensons que l’accent que nous mettons sur la durabilité en tant que conviction fondamentale ainsi que notre préférence pour les entreprises de qualité aux indicateurs financiers de premier ordre ont permis d’assurer, en ces temps incertains, que notre stratégie possède des caractéristiques très défensives. Nous pensons également que l’attention que nous accordons à la capacité d’adaptation et à la résilience des modèles d’entreprise face aux principaux défis en matière de durabilité, qu’ils soient liés au climat, à la dématérialisation, aux chaînes d’approvisionnement changeantes, à la préservation du capital naturel ou à une pandémie mondiale, nous aidera à identifier les industries et les entreprises qui sont susceptibles d’obtenir de meilleurs résultats dans les mois à venir.

 

Informations importantes.

Le présent document a été émis par Lombard Odier Funds (Europe) S.A., société anonyme de droit luxembourgeois, dont le siège social est situé au 291, route d'Arlon, L-1150 Luxembourg. La société est autorisée et réglementée par la Commission de Surveillance du Secteur Financier (CSSF) en qualité de Société de gestion au sens de la Directive européenne 2009/65/CE (telle qu’amendée) et la Directive européenne 2011/61/UE sur les gestionnaires de fonds d’investissement alternatifs (Directive AIFM). Les objectifs de la Société de gestion sont la création, la promotion, l’administration, la gestion et le marketing d’OPCVM, de fonds d’investissement alternatifs (AIF), d’autres fonds réglementés, de véhicules de placement collectif ou d’autres véhicules luxembourgeois et étrangers, ainsi que l’offre de services de gestion de portefeuille et de conseil en investissement.
Lombard Odier Investment Managers (« LOIM ») est un nom commercial.
Ce document est fourni exclusivement à des fins d’information et ne constitue pas une offre ou une recommandation d’achat ou de vente d’une valeur mobilière ou d’un service. Il n’est pas destiné à être distribué, publié ou utilisé dans une juridiction où une telle distribution, publication ou utilisation serait illégale. Ce document ne contient pas de recommandations ou de conseils personnalisés et n'est pas destiné à remplacer des conseils professionnels au sujet d’investissements dans des produits financiers. Avant de conclure une transaction, l’investisseur doit examiner avec soin si celle-ci est adaptée à sa situation personnelle et, si besoin, obtenir des conseils professionnels indépendants au sujet des risques, ainsi que des conséquences juridiques, réglementaires, financières, fiscales ou comptables. Ce document est la propriété de LOIM et est adressé à son destinataire pour son usage personnel exclusivement. Il ne peut être reproduit (en partie ou dans son intégralité), transmis, modifié ou utilisé dans un autre but sans l’accord écrit préalable de LOIM. Ce document contient les opinions de LOIM à la date de publication.
Ni le présent document, ni une copie de celui-ci ne peuvent être envoyés, amenés ou distribués aux États-Unis d’Amérique, dans l’un de leurs territoires, possessions ou zones soumis à leur juridiction, ou à l’attention ou dans l’intérêt d’un ressortissant américain (US Person). À cet effet, le terme « ressortissant » désigne tout citoyen, ressortissant ou résident des États-Unis d’Amérique, tout partenariat organisé ou existant dans un État, territoire ou possession des États-Unis d’Amérique, toute société de capitaux soumise au droit des États-Unis d’Amérique ou d’un État, territoire ou possession des États-Unis d’Amérique, ou toute propriété ou tout trust soumis à l’impôt fédéral des États-Unis d’Amérique, quelle que soit la source de ses revenus.
Source des chiffres : sauf mention contraire, les chiffres sont fournis par LOIM.
Bien que certaines informations proviennent de sources publiques réputées fiables, en l’absence de vérification indépendante, nous ne pouvons garantir leur exactitude et leur exhaustivité.
Les avis et opinons sont exprimés à titre informatif uniquement et ne constituent pas une recommandation de LOIM pour l'achat, la vente ou la détention de quelque titre que ce soit. Les avis et opinions sont exprimés en date de cette présentation et sont susceptibles de changer. Ils ne doivent pas être interprétés comme des conseils en investissement.
Aucune partie de ce document ne saurait être (i) copiée, photocopiée ou reproduite sous quelque forme que ce soit ou (ii) distribuée à toute personne autre qu’un employé, cadre, administrateur ou agent autorisé du destinataire sans l’accord préalable de Lombard Odier Funds (Europe) S.A. © 2020 Lombard Odier IM. Tous droits réservés.