Trajectoires de température : comment appréhender les objectifs de l’accord de Paris ?

investment viewpoints

Trajectoires de température : comment appréhender les objectifs de l’accord de Paris ?

Christopher Kaminker, PhD - Group Head of Sustainable Investment Research, Strategy & Stewardship

Christopher Kaminker, PhD

Group Head of Sustainable Investment Research, Strategy & Stewardship
Thomas Höhne-Sparborth, PhD - Head of Sustainability Research

Thomas Höhne-Sparborth, PhD

Head of Sustainability Research

Notre vision de la transition : anticiper le risque climatique dans la révolution de la durabilité

En tant qu’entreprise d’investissement, nous sommes convaincus que nous nous trouvons aux prémices d’une transition économique profonde. Le modèle de croissance dominant sur lequel repose notre société est devenu insoutenable, et un changement de paradigme est en train d’apparaitre. Dissocier la croissance des effets défavorables sur l’environnement et la société se révèle plus à notre portée que jamais. En effet, les entreprises sont en mesure de trouver des solutions créatrices de valeur qui offrent une circularité, une efficience, une inclusion et une propreté accrues. Cette transition reflète selon nous le passage d’une économie WILD (acronyme anglais des termes Wasteful [Gaspilleur], Idle [Inefficace], Lopsided [Inéquitable] et Dirty [Sale]) à une économie digitale CLIC™ (acronyme anglais des termes Circular [Circulaire], Lean [Efficiente], Inclusive [Inclusive] et Clean [Propre]), et nous estimons que notre devoir consiste à aider nos clients à atténuer les risques et à saisir les opportunités d’investissement associées à cette transition. Notre philosophie d’investissement intègre l’idée selon laquelle l’ampleur de cette nouvelle révolution économique est similaire à celle de la révolution industrielle, mais qu’elle déferle sur le monde à la vitesse de la révolution numérique et représente l’opportunité d’investissement la plus importante de notre époque.

Nous nous engageons à innover en permanence dans l’optique de permettre à nos clients de s’adapter à cette évolution et d’atteindre leurs objectifs de rendement financier sur le long terme. La transition vers une économie bas carbone et résiliente au changement climatique est l’une des caractéristiques transversales les plus importantes de cette transformation en une économie CLIC™. Dans de nombreux pays, les engagements en matière de décarbonisation sont de plus en plus souvent inscrits dans la loi et adoptés directement par les entreprises. Cette attitude est cohérente à la réalité de la transition vers une économie zéro émission nette, qui impliquera de mener des actions plus concertées dans tous les secteurs de l’économie. Il est toutefois remarquablement compliqué pour les détenteurs d’actifs d’investir durablement faute de normes et de définitions, du manque d’exhaustivité des données publiées et de l’appréhension naissante des trajectoires de décarbonisation, qui sont propres à chaque industrie et à chaque région.

Nous pensons que l’utilisation d’indicateurs prospectifs revêt un caractère essentiel pour aider les investisseurs à appréhender les trajectoires de transition des actifs, afin d’éviter de s’exposer à des actifs devenus « inutilisables » et de déceler les opportunités intéressantes

L’outil LOPTA : notre vision prospective du risque climatique

Nous pensons qu’il est essentiel de quantifier la « trajectoire de température » prise par les entreprises présentes au sein de nos univers d’investissement. Il s’agit là d’évaluer le degré d’alignement des entreprises avec les trajectoires de décarbonisation ressortant des objectifs de l’Accord de Paris, lequel cherche à limiter le réchauffement climatique à 1,5-2 °C. Par exemple, une entreprise qui suit une trajectoire plutôt alignée avec une hausse de 3 °C pourrait dans une certaine mesure réduire ses émissions directes et indirectes de CO2 et de gaz à effet de serre, mais ne se décarboniserait pas à un rythme suffisant pour atteindre les objectifs fixés par l’Accord de Paris. Cela pourrait entre autres conduire à un durcissement du modèle d’exploitation, à une perte de compétitivité, à des perspectives de croissance réduites et à des « actifs échoués », autant d’éléments de nature à éroder la rentabilité future.

Cette analyse nous permettra d’aligner nos portefeuilles avec les entreprises les mieux placées pour tirer parti de toutes les opportunités qu’offre cette transition. Elle nous permettra également d’identifier les risques spécifiques et systémiques qui pèsent sur les entreprises qui n’ont pas encore saisi l’urgence et la nature de la transition. Le référentiel LOPTA (Lombard Odier Portfolio Temperature Alignment) nous permet d’analyser les trajectoires de température de tous les portefeuilles sous un angle stratégique.

Nous pensons que l’utilisation d’indicateurs prospectifs revêt un caractère essentiel pour aider les détenteurs et les gérants d’actifs à appréhender les trajectoires de transition de leurs investissements à mesure que l’économie évolue avec la transition climatique. Il est par ailleurs primordial de connaitre la trajectoire de toutes les entreprises de nos portefeuilles, afin d’éviter l’exposition à des actifs « inutilisables » ou « paralysants » et de déceler les opportunités d’investissement les plus intéressantes. L’actionnariat actif et l’engagement joueront un rôle déterminant dans ce processus.

Ces données prospectives se révéleront d’une importance cruciale au regard des nombreux exemples de stratégies dégageant régulièrement des rendements excédentaires ajustés au risque et dont les performances historiques sont impressionnantes, mais qui sont intrinsèquement mal positionnées pour un avenir qui sera radicalement différent. La transition climatique et les réglementations qui y sont liées a en effet des impacts divers, incluant la création, le déplacement et la destruction de valeur dans presque tous les secteurs et industries. Nous estimons que la pression réglementaire relative à la déclaration de l’alignement des températures avec les objectifs de Paris est désormais elle aussi inévitable. Nous pensons qu’il est nécessaire de devancer de telles obligations et de rendre public l’alignement de nos portefeuilles avec l’Accord de Paris le plus rapidement possible, étant donné l’urgence de la transition vers le « zéro émission nette ».

 

Une approche scientifique pour appréhender l’alignement des portefeuilles avec les objectifs en matière de température

Les dirigeants mondiaux ont convenu, dans le cadre de l’Accord de Paris de 2015, de maintenir la hausse des températures de ce siècle bien en dessous de 2 °C par rapport aux niveaux préindustriels et de poursuivre les efforts visant à limiter la hausse à 1,5 °C. Cette trajectoire s’appuie sur les bases scientifiques établies par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) et ses verdicts sinistres sur les impacts et les risques futurs, ainsi que sur les possibilités d’adaptation et d’atténuation. Ces bases ont largement été adoptées dans le secteur financier, des détenteurs d’actifs aux gouverneurs des banques centrales au sein du Conseil de stabilité financière, et constituent le moteur de l’ensemble de la législation future relative au climat. Lors d’une récente audition du Comité du Trésor au Royaume-Uni, Mark Carney, envoyé spécial des Nations unies pour l’action climatique et les finances, a déclaré que « l’évaluation des marchés des capitaux révèle que… tous les actifs suivent probablement une trajectoire de 4 °C »1. Une hausse de 4 °C serait synonyme d’un réchauffement catastrophique pour la planète et pourrait provoquer des pertes de revenus pour l’économie mondiale de plus de USD 23 000 milliards chaque année, soit environ un tiers du PIB mondial actuel2.

Nous estimons qu’il nous faut allouer des capitaux non seulement aux fournisseurs de solutions à faible intensité carbone, mais aussi aux industries à forte intensité carbone dont les émissions sont difficiles à réduire, qui sont essentielles à l’économie, mais où l’adoption d’un modèle plus durable se fait pressante. En produisant un indicateur transparent permettant d’évaluer l’alignement d’un portefeuille avec les objectifs en matière de température et d’établir sa conformité avec l’Accord de Paris et une économie zéro émission nette, nous serons en mesure de distinguer quels domaines de nos portefeuilles sont sur la trajectoire de décarbonisation appropriée de ceux qui sont à la traîne. De cette manière, nous pourrons identifier les futures opportunités d’investissement dans l’univers du climat et éviter de nous exposer à des actifs « inutilisables » et à d’autres risques économiques.

Nous communiquons un chiffre transparent, à savoir l’alignement du portefeuille avec les objectifs de Paris en matière de température, qui offre une vision exhaustive de l’analyse complexe sous-jacente des trajectoires de décarbonisation des entreprises

L’approche propriétaire de Lombard Odier

Lombard Odier a mis en place un référentiel exclusif permettant d’analyser l’alignement des portefeuilles avec les objectifs de Paris en matière de température. À ce jour, les entreprises ne communiquent pas de manière optimale sur leur gestion de la transition vers un monde zéro émission nette. Il existe déjà des outils tiers pour analyser l’alignement des portefeuilles d’actifs avec les objectifs en matière de température, mais ils sont d’une qualité moindre et présentent des défauts de conception importants.

Nous pensons que le point fort de l’approche LOPTA réside dans l’étendue de sa couverture et sa granularité. Plutôt que d’examiner les transitions nécessaires d’une poignée de grands secteurs, nous avons défini le rythme et la forme de la courbe des taux de décarbonisation nécessaires dans 160 industries et 6 régions. Cela nous permet d’aboutir à une analyse plus nuancée et plus précise de la température de 15 000 entreprises (et de plus de 100 000 en incluant les estimations de l’industrie). Nous analysons l’ensemble des indicateurs de décarbonisation disponibles pour chaque industrie, à l’instar de l’évolution de la demande (notamment une diminution de la consommation de viande et des voyages en avion) ou encore des solutions technologiques (telles que l’électrification, l’amélioration de l’efficacité, les combustibles de substitution et les compensations ou le captage du carbone). Après avoir déterminé la trajectoire de décarbonisation de l’industrie par région, nous comparons l’empreinte et la trajectoire de température réelles de chaque entreprise à la trajectoire propre à son industrie pour calculer la température à l’échelle de l’entreprise. Ce résultat est ensuite utilisé pour calculer la température au niveau du portefeuille.

Nous sommes en mesure de communiquer un chiffre transparent, à savoir l’alignement du portefeuille avec les objectifs de Paris en matière de température. Nous sommes également en mesure d’offrir une vision exhaustive de l’analyse complexe des trajectoires de décarbonisation des entreprises et de l’interaction entre les trajectoires des différentes industries, zones géographiques et réduction des coûts. Nous pensons qu’aucun fournisseur de données tiers n’offre actuellement ce niveau de granularité ni ne propose une méthodologie transparente qui soit entièrement ajustable selon différentes hypothèses en matière de trajectoire.

 

Conclusion

Au travers de cette approche, notre objectif est d’aider nos clients à prendre conscience de l’objectif de décarbonisation et de la trajectoire prise par les entreprises de leur portefeuille grâce à un indicateur simple et unique. Cela devrait leur conférer une base plus solide pour interagir avec les entreprises ou ajuster leurs portefeuilles.

 

sources.

1 Mark Carney (15 octobre 2019). Témoignage oral devant le Comité du Trésor de la Chambre des Communes.

2 Tom Kompas, Pham Van Ha et Tuong Nhu Che (2018). The Effects of Climate Change on GDP by Country and the Global Economic Gains from Complying With the Paris Accord. Earth’s Future (6), pp. 1153-1173.

informations importantes.

Le présent document a été émis par Lombard Odier Funds (Europe) S.A., société anonyme de droit luxembourgeois, dont le siège social est situé au 291, route d'Arlon, L-1150 Luxembourg. La société est autorisée et réglementée par la Commission de Surveillance du Secteur Financier (CSSF) en qualité de Société de gestion au sens de la Directive européenne 2009/65/CE (telle qu’amendée) et la Directive européenne 2011/61/UE sur les gestionnaires de fonds d’investissement alternatifs (Directive AIFM). Les objectifs de la Société de gestion sont la création, la promotion, l’administration, la gestion et le marketing d’OPCVM, de fonds d’investissement alternatifs (AIF), d’autres fonds réglementés, de véhicules de placement collectif ou d’autres véhicules luxembourgeois et étrangers, ainsi que l’offre de services de gestion de portefeuille et de conseil en investissement.
Lombard Odier Investment Managers (« LOIM ») est un nom commercial.
Ce document est fourni exclusivement à des fins d’information et ne constitue pas une offre ou une recommandation d’achat ou de vente d’une valeur mobilière ou d’un service. Il n’est pas destiné à être distribué, publié ou utilisé dans une juridiction où une telle distribution, publication ou utilisation serait illégale. Ce document ne contient pas de recommandations ou de conseils personnalisés et n'est pas destiné à remplacer des conseils professionnels au sujet d’investissements dans des produits financiers. Avant de conclure une transaction, l’investisseur doit examiner avec soin si celle-ci est adaptée à sa situation personnelle et, si besoin, obtenir des conseils professionnels indépendants au sujet des risques, ainsi que des conséquences juridiques, réglementaires, financières, fiscales ou comptables. Ce document est la propriété de LOIM et est adressé à son destinataire pour son usage personnel exclusivement. Il ne peut être reproduit (en partie ou dans son intégralité), transmis, modifié ou utilisé dans un autre but sans l’accord écrit préalable de LOIM. Ce document contient les opinions de LOIM à la date de publication.
Ni le présent document, ni une copie de celui-ci ne peuvent être envoyés, amenés ou distribués aux États-Unis d’Amérique, dans l’un de leurs territoires, possessions ou zones soumis à leur juridiction, ou à l’attention ou dans l’intérêt d’un ressortissant américain (US Person). À cet effet, le terme « ressortissant » désigne tout citoyen, ressortissant ou résident des États-Unis d’Amérique, tout partenariat organisé ou existant dans un État, territoire ou possession des États-Unis d’Amérique, toute société de capitaux soumise au droit des États-Unis d’Amérique ou d’un État, territoire ou possession des États-Unis d’Amérique, ou toute propriété ou tout trust soumis à l’impôt fédéral des États-Unis d’Amérique, quelle que soit la source de ses revenus.
Source des chiffres : sauf mention contraire, les chiffres sont fournis par LOIM.
Bien que certaines informations proviennent de sources publiques réputées fiables, en l’absence de vérification indépendante, nous ne pouvons garantir leur exactitude et leur exhaustivité.
Les avis et opinons sont exprimés à titre informatif uniquement et ne constituent pas une recommandation de LOIM pour l'achat, la vente ou la détention de quelque titre que ce soit. Les avis et opinions sont exprimés en date de cette présentation et sont susceptibles de changer. Ils ne doivent pas être interprétés comme des conseils en investissement.
Aucune partie de ce document ne saurait être (i) copiée, photocopiée ou reproduite sous quelque forme que ce soit ou (ii) distribuée à toute personne autre qu’un employé, cadre, administrateur ou agent autorisé du destinataire sans l’accord préalable de Lombard Odier Funds (Europe) S.A. © 2021 Lombard Odier IM. Tous droits réservés