La robotique et le vieillissement démographique

investment viewpoints

La robotique et le vieillissement démographique

Meret Gaugler - Co-Portfolio Manager

Meret Gaugler

Co-Portfolio Manager

Cela pourra surprendre, mais il existe une forte corrélation entre robotique et vieillissement de la population. Il apparaît que les pays dont la population est jeune tendent à être peu affectés par la robotisation, tandis que le nombre de robots par habitant est bien plus élevé dans les pays les plus âgés1.

Ainsi, l’Allemagne et le Japon figurent parmi les pays ayant la plus forte densité en robots, alors que tous deux ont une main-d’œuvre figurant parmi les plus âgées au monde. Par contraste, la Grande-Bretagne et la France, dont le vieillissement est plus lent que celui d’autres économies développées, sont moins avancés en matière de robotisation. 

 

Les robots sont aussi parfois tout simplement meilleurs que nous, les humains, dans des tâches très difficiles.

Deux raisons expliquent que les robots aillent de pair avec une population âgée. La première est tout simplement que les robots peuvent remplacer le travail humain. Dans de nombreux pays, le nombre de retraités progresse à un rythme jusqu’à trois fois supérieur à celui des générations plus jeunes. Cela est alimenté par le fait que la génération des baby boomers, celle née dans les 20 années qui ont suivi la fin de la Deuxième Guerre Mondiale, est à peu près deux fois plus nombreuse que les générations précédentes et suivantes. La remplacer n’est pas chose aisée, à la fois sur le plan purement numérique et celui des compétences : voici qui ouvre la voie à l’automatisation et à l’essor des robots industriels – capables de manipuler des pièces, de souder différentes parties d’une machine, d’assembler des autos. La deuxième raison est que la croissance du nombre de personnes âgées crée des marchés entièrement nouveaux pour de nombreux types de robots.

 

Le Japon : un laboratoire grandeur nature

Prenons l’exemple du Japon, le plus vieux pays au monde, où il n’y a déjà plus assez de jeunes gens aujourd’hui pour s’occuper d’une population âgée qui augmente. L’an dernier, le pays a dépassé pour la première fois le ratio d’une personne de plus de 70 ans pour cinq habitants. Dans le même temps, l’âge moyen des soignants en hôpital, en maison de retraite ou à domicile approche les 45 ans, nombre d’entre eux ayant de plus en plus de mal à accompagner de leur lit à la chaise roulante ou aux sanitaires des patients souffrants et parfois lourds. C’est pourquoi plusieurs entreprises développent ce qu’on appelle des exosquelettes, véritables assemblages de muscles électroniques suivant tout le corps, qui peuvent assister, amplifier et parfois même anticiper les mouvements de l’individu. La prochaine étape, évidemment, sera de confier l’intégralité de la tâche à une machine. Dans les faits, environ une maison de retraite sur dix au Japon emploie déjà de simples robots de levage. Et comme on est au Japon, le plus populaire de ces robots ressemble à un ours en peluche géant et s’appelle “Robear”. Et “Robear” n’est pas un cas isolé. Les chiens-robots, comme Aibo, chez Sony, lancé il y a 20 ans et déjà relooké maintes fois, est un compagnon de plus en plus populaire auprès des patients souffrant de pertes de mémoire, tout comme ses confrères Paro, un phoque en peluche, ou “Buddy”, petit robot de science-fiction aux grands yeux.

 

Innover... pour réduire les coûts

En tant qu’investisseurs, nous recherchons des entreprises capables de s’inscrire dans la durée. Des entreprises qui sont de bons gardiens du capital qui leur est confié. Des entreprises qui se comportent comme de bons citoyens, en ce sens qu’elles respectent leurs parties prenantes. Et des entreprises qui ont des idées et les mettent en action pour répondre aux défis posés par les mégatendances comme le vieillissement de la population.

Le coût de plus en plus pesant du système de santé est un défi majeur pour nos sociétés, associé à l’incidence de plus en plus forte de la dépendance et des coûteuses maladies liées à l’âge : cancer, maladies cardiovasculaires, diabète, démence. Si de nombreux investisseurs identifient la santé comme un secteur pouvant bénéficier du vieillissement de la population et de l’augmentation du nombre de patients, cette vision est à notre sens trop simpliste. Nous sommes ainsi convaincus que des disparités croissantes vont apparaître entre les gagnants et les perdants à l’intérieur même du secteur. Nous pensons que seules les entreprises capables de démontrer les meilleurs résultats pour les patients, d’améliorer l’accès au traitement et de réduire le coût global du système de santé seront aptes à survivre à moyen terme. 

 

Technologie et robotique sont en premier ligne

Le Japon mène la danse en invitant les robots dans la vie quotidienne des humains, mais d’autres pays devraient suivre. Le vieillissement de la population mondiale n’en est qu’à ses débuts. Les nombreuses applications technologiques qui pourraient y répondre aussi, que ce soit celles qui vont faciliter la vie des personnes âgées ou celles qui vont réduire le coût de leurs soins. De nouveaux défis nécessitent de nouvelles solutions et la robotique est un domaine où nous voyons arriver de formidables innovations, qui sont autant d’opportunités d’investissement.

Au-delà d’Aibo ou Paro, on peut imaginer des robots de service permettant aux personnes âgées de rester indépendants plus longtemps. À domicile, les robots peuvent s’acquitter de diverses tâches : passer l’aspirateur, laver la vaisselle, préparer des repas simples ou remettre les objets à leur place. Repousser l’âge de départ en maison de retraite représente un gain significatif, en termes de qualité de vie comme de coût. 

Mais nos petits assistants mécaniques peuvent faire bien plus que de ramasser quelques miettes. Prenons les robots chirurgicaux : ils sont tout simplement meilleurs que l’homme dans l’accomplissement de certaines tâches complexes. Un bras mécanique peut réaliser une palette de mouvements plus large qu’une main humaine, avec une dextérité supérieure. Il peut pratiquer des incisions plus précises et plus petites, d’où des opérations moins invasives. Les robots chirurgicaux sont utilisés depuis des années en chirurgie générale, surtout pour des opérations chez des patients âgés, comme des résections liées au cancer de la prostate chez l’homme. Ces procédures peu invasives permettent aux patients de se remettre plus vite, réduisant ainsi la durée et le coût de l’hospitalisation. Aujourd’hui, des systèmes robotisés sont aussi utilisés en orthopédie, pour la pose d’une prothèse de genou ou de hanche : ils améliorent la répétabilité de l’opération, réduisent le taux d’erreur et donc le recours - coûteux - à une chirurgie de reprise. Les septuagénaires d’aujourd’hui sont les quinquagénaires d’hier et les jeunes retraités entendent rester physiquement actifs, ce qui nécessite des implants plus complexes et plus souples qu’une main humaine a tout simplement plus de mal à poser qu’un robot.

 

1Daron Acemoglu, MIT Economics, juillet 2018

Information importante.

Lombard Odier Funds (ci-après le « Fonds ») est une société d’investissement à capital variable (SICAV) de droit luxembourgeois. Le Fonds est autorisé et réglementé par la Commission de surveillance du secteur financier (CSSF) en tant qu’organisme de placement collectif en valeurs mobilières (OPCVM) au sens de la Partie I de la loi luxembourgeoise du 17 décembre 2010 transposant la directive européenne 2009/65/ CE, telle que modifiée (la « Directive OPCVM »). La société de gestion du Fonds est Lombard Odier Funds (Europe) S.A. (ci-après la « Société de gestion »), une société anonyme (SA) de droit luxembourgeois, ayant son siège social 291, route d’Arlon, 1150 Luxembourg, Grand-Duché de Luxembourg, autorisée et réglementée par la CSSF en qualité de société de gestion au sens de la Directive européenne 2009/65/CE, telle que modifiée. Le présent document commercial porte sur « Global Climate Bond », un compartiment de Lombard Odier Funds (ci-après le « Compartiment »).
Le présent document commercial a été préparé par Lombard Odier Asset Management (Europe) Limited. Le prospectus, les statuts, les documents d’informations clés pour l’investisseur, le formulaire de souscription, ainsi que les derniers rapports annuels et semestriels sont les seuls documents d’offre officiels à considérer dans le cadre de la vente des parts du Compartiment (ci-après les « Documents d’offre »). Les Documents d’offre sont disponibles en anglais, français, allemand et italien sur www.loim.com et peuvent être obtenus sur demande et sans frais au siège social du Compartiment au Luxembourg : 291 route d’Arlon, 1150 Luxembourg, Grand-Duché de Luxembourg.
Les informations fournies dans ce document commercial ne tiennent pas compte de circonstances, objectifs ou besoins spécifiques individuels. Elles ne constituent pas une analyse selon laquelle un investissement ou une stratégie conviendraient ou seraient appropriés à des circonstances personnelles. Elles n’offrent aucune garantie relative à un investissement ou une stratégie et ne constituent en rien un conseil personnalisé en investissement. Ce document commercial n’est pas destiné à remplacer un conseil professionnel en investissement dans des produits financiers. Avant de réaliser un investissement dans le Compartiment, tout investisseur se doit de lire l’intégralité des Documents d’offre, et en particulier les facteurs de risques liés à un investissement dans le Compartiment. Nous tenons à attirer l’attention de l’investisseur sur le fait que l’obtention de rendements solides est conditionnée par la détention sur le long terme des titres, à savoir sur l’ensemble du cycle économique, et sur le fait que l’utilisation d’instruments financiers dérivés, dans le cadre de la stratégie d’investissement, peut entraîner une hausse de l’effet de levier et accroître l’exposition globale au risque du Compartiment, ainsi que la volatilité de sa valeur nette d’inventaire. Il incombe aux investisseurs de vérifier si un tel placement est adapté à leur profil de risque ainsi qu’à leur situation personnelle et, si nécessaire, d’obtenir un avis professionnel indépendant quant aux risques et aux conséquences juridiques, réglementaires, fiscales, comptables et en matière de crédit. La réalisation de l’objectif d’investissement du Compartiment ne peut être garantie et il ne peut être promis qu’un retour sur investissement sera dégagé. Les performances passées ne constituent pas un indicateur fiable de performance future. Lorsque le Compartiment est libellé dans une monnaie autre que la monnaie de référence de l’investisseur, les variations des taux de change peuvent avoir un impact négatif sur la valeur des titres et les revenus. Veuillez prendre en compte les facteurs de risque.
Tous les indices de référence cités dans le présent document sont fournis à titre informatif uniquement. Aucun indice de référence n’est directement comparable avec les objectifs de placement, la stratégie ou l’univers d’un Compartiment. La performance d’un indice de référence ne constitue pas un indicateur de la performance passée ou future d’un Compartiment. Il ne saurait être présumé que le Compartiment en question investira dans un quelconque titre entrant dans la composition d’un indice, quel qu’il soit, ni qu’il existe une corrélation entre la performance du Compartiment et celle de l’indice. L’objectif de profil performance/risque constitue un but pour la construction du portefeuille. Il ne représente pas le profil performance/ risque passé et ne saurait préjuger du profil performance/risque futur. Les informations et les analyses contenues dans le présent document commercial sont basées sur des sources considérées comme fiables. Lombard Odier met tout en oeuvre pour assurer l’actualité, l’exactitude et l’exhaustivité des informations contenues dans le présent document commercial. Cependant, toutes les informations et opinions exprimées ici, ainsi que les cours, les valorisations de marché et les calculs indiqués, peuvent être modifiées sans préavis. Source des chiffres : sauf mention contraire, les chiffres sont fournis par Lombard Odier Asset Management (Europe) Limited. Le traitement fiscal dépend de la situation individuelle de chaque client et est susceptible d’évoluer avec le temps. Lombard Odier ne fournit pas de conseil fiscal et il appartient à chaque investisseur de consulter ses propres conseillers fiscaux.
AVIS AUX RÉSIDENTS DES PAYS SUIVANTS :
Autriche – Agent de paiement : Erste Bank der osterreichischen Sparkassen AG.
Belgique – Agent de paiement : CACEIS Belgium S.A. - 1 Le compartiment ne convient pas aux investisseurs particuliers belges, sauf si la souscription est supérieure à 250 000 EUR. Veuillez contacter votre conseiller fiscal pour identifier les impacts de l’impôt belge « TOB » (Taxe sur les Opérations Boursières) sur vos transactions, ainsi que sur les impacts de retenue à la source (« Précomptes mobiliers »). Lombard Odier a un service interne de gestion des plaintes. Vous pouvez introduire une plainte par l’intermédiaire de votre chargé de relation ou directement auprès de Lombard Odier (Europe) S.A. Luxembourg, Succursale en Belgique, Claim Management Service, Avenue Louise 81, Box 12, 1050 Bruxelles, Télécopie : (+32) 2 543 08. Vous pouvez également adresser votre plainte gratuitement au service national de gestion des plaintes en Belgique, OMBUDSMAN : North Gate II, Boulevard du Roi Albert II, nº 8 Boîte 2 2, 1000 Bruxelles, Tel : (+32) 2 545 77 70, Télécopie : +32 2 545 77 79, E-mail : Ombudsman@Ombusfin.be.
France – Agent centralisateur : CACEIS Bank
Allemagne – Agent d’ information et de paiement : DekaBank Deutsche Girozentrale.
Italie – Agents de paiement : Société Générale Securities Services S.p.A., State Street Bank International GmbH - Succursale Italia, Banca Sella Holding S.p.A., Allfunds Bank S.A., Succursale italienne, BNP Paribas Securities Services, CACEIS Bank Succursale en Italie.
Liechtenstein – Agent de paiement : LGT Bank AG.
Luxembourg – Banque dépositaire, Agent d’administration centrale, Agent d’enregistrement, Agent de transfert, Agent de paiement et Agent de cotation : CACEIS Bank, Luxembourg Branch.
Pays-Bas – Agent de paiement : Lombard Odier Asset Management (Europe) Ltd, Succursale aux Pays-Bas
Espagne – Agent de paiement : Allfunds Bank S.A. – numéro CNMV : 498.
Suède – Agent de paiement : Skandinaviska Enskilda Banken AB (publ).
Suisse – Le Compartiment est enregistré auprès de l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA). Les Documents d’offre et les autres informations destinées aux actionnaires peuvent être obtenus sans frais auprès du Représentant suisse : Lombard Odier Asset Management (Switzerland) SA., 6, avenue des Morgines, 1213 Petit-Lancy, Suisse. Agent payeur suisse : Banque Lombard Odier & Cie SA. 11, rue de la Corraterie 1204 Genève, Suisse. Publications concernant le Compartiment : www.fundinfo.com. Les cours d’émission et de rachat et/ou la valeur nette d’inventaire (avec la mention « hors commissions ») des classes d’actions distribuées en Suisse : www.swissfunddata.ch et www.fundinfo.com. Bank Lombard Odier & Co Ltd est une banque et un négociant en valeurs mobilières soumis à la surveillance de l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA).
Royaume-Uni – Le présent document constitue une promotion financière et a été approuvé aux fins de la section 21 du Financial Services and Markets Act de 2000 par Lombard Odier Asset Management (Europe) Limited. Il a été approuvé pour la distribution aux particuliers au Royaume-Uni par Lombard Odier (Europe) S.A., Succursale de Londres. Le Compartiment est un « Recognised Scheme » au Royaume- Uni au sens du Financial Services and Markets Act de 2000. La réglementation britannique sur la protection des clients particuliers au Royaume-Uni et les indemnisations définies dans le cadre du « Financial Services Compensation Scheme » ne s’applique pas aux investissements ou aux services fournis par une personne à l’étranger. « UK facilities agent » : Lombard Odier Asset Management (Europe) Limited. Lombard Odier (Europe) S.A. Succursale au Royaume-Uni est un établissement de crédit régulé au Royaume-Uni par la « Prudential Regulation Authority » (PRA) et soumis à une régulation limitée par la « Financial Conduct Authority » (FCA) et la « Prudential Regulation Authority » (PRA). Vous pouvez obtenir, sur demande, auprès de notre banque plus de détails sur la portée de notre autorisation et de notre réglementation par la PRA, ainsi que sur la réglementation par la FCA.
Chili - le Compartiment a été approuvé par la Comision Clasificadora de Riesgo (CCR) au Chili pour la distribution aux fonds de pension chiliens en vertu de la convention n ° 32 du CCR.
Singapour – Les Compartiments ne sont ni autorisés ni reconnus par l’Autorité monétaire de Singapour (la « MAS ») et il est interdit de proposer les actions aux particuliers à Singapour. Chaque Compartiment est un « restricted scheme » au sens de la « Sixth Schedule to the Securities and Futures (Offers of Investments) (Collective In- vestment Schemes) Regulations » de Singapour. Ce document ne peut être diffusé (i) qu’à des « investisseurs institutionnels » en vertu de la section 304, chapitre 389 du « Securities and Futures Act » de Singapour (la « Loi »), (ii) qu’à des « personnes concernées » aux termes de la section 305 (1) de la Loi, (iii) qu’à des personnes qui satisfont aux exigences d’une offre formulée aux termes de la section 305 (2) de la Loi, ou (iv) qu’aux termes et conformément aux conditions des autres dispositions dérogatoires applicables de la Loi.
Membres de l’Union européenne : La publication du présent document commercial a été approuvée par Lombard Odier (Europe) S.A., un établissement de crédit autorisé et réglementé par la Commission de Surveillance du Secteur Financier (CSSF) au Luxembourg. Les succursales de Lombard Odier (Europe) S.A. opèrent dans les territoires suivants : France : Lombard Odier (Europe). S.A. Succursale en France, un établissement de crédit dont les activités en France sont soumises à la surveillance limitée de l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) et de l’Autorité des marchés financiers (AMF) pour ses activités de services d’investissement ; Espagne : Lombard Odier (Europe) S.A. Sucursal en España, Lombard Odier Gestión (España) S.G.I.I.C., S.A.U., un établissement de crédit dont les activités en Espagne sont soumises à la surveillance de la Banque d’Espagne (Banco de España) et de la Comisión Nacional del Mercado de Valores (CNMV).
États-Unis : ni le présent document, ni une copie de celui-ci ne peuvent être envoyés, ou distribués aux États-Unis d’Amérique. Ce document n’est pas destiné à un ressortissant des États-Unis.
Le présent document commercial ne peut être reproduit (en totalité ou en partie), transmis, modifié ou utilisé à des fins publiques ou commerciales sans l’accord écrit préalable de Lombard Odier.
© 2019 Lombard Odier Investment Managers - tous droits réservés.