investment viewpoints

    Comment investir dans l’hydrogène propre ?

    Comment investir dans l’hydrogène propre ?
    Pascal Menges - Head of Equity Investment Process and Research, Client Portfolio Manager

    Pascal Menges

    Head of Equity Investment Process and Research, Client Portfolio Manager
    Paul Udall - Portfolio Manager, Global Equities

    Paul Udall

    Portfolio Manager, Global Equities

     

    Les points à retenir

    • L’hydrogène vert recèle un véritable potentiel de croissance : les groupes énergétiques BP et Iberdrola investissent dans des capacités de production, tandis que la Chine et l’Union européenne émergent comme les nouveaux géants de cette source d’énergie propre.

    • Depuis février 2021, les investissements dans des projets de développement de l’hydrogène ont presque doublé et atteignent aujourd’hui USD 150 milliards, et la capacité de production annoncée d’hydrogène sobre en carbone a augmenté de 60% . 

    • LOIM analyse les opportunités d’investissement dans l’hydrogène bleu et dans l’hydrogène vert au titre de sa stratégie actions Climate Transition, et s’est mis en quête de nouvelles opportunités de croissance dans ce secteur.

    Une dynamique globale

    Forte augmentation des prix du gaz, faillites de sociétés de services publics, hausse des factures d’énergie pour les consommateurs, etc. La crise de l’énergie frappe durement l’Europe, démontrant l’urgence d’accélérer l’adoption des énergies propres.

    Pour opérer une transition vers une économie sobre en carbone, il ne suffit toutefois pas d’abandonner les combustibles fossiles au profit de l’énergie solaire ou éolienne. Il convient aussi d’augmenter les investissements dans le stockage et de développer de nouvelles sources d’énergie propre. L’hydrogène vert, issu d’un processus d’électrolyse de l’eau à partir d’électricité renouvelable, apparaît comme un combustible essentiel pour la transition énergétique.

    Prenons par exemple Iberdrola et BP2. Ces deux sociétés ont récemment fait part de leur intention d’investir dans de nouvelles centrales de production d’hydrogène vert, en Espagne pour la première et au Royaume-Uni pour la seconde. BP, l’une des plus grandes sociétés pétrolières et gazières au monde, envisage également de produire de l’hydrogène vert dans des raffineries en Allemagne, en Espagne et aux Pays-Bas3, et espère détenir 10% du marché de l’hydrogène sobre en carbone dans des régions clés d’ici 20304.

    BP n’est pas la seule société de son secteur à se lancer sur ce marché. D’autres sociétés pétrolières et gazières mondiales investissent des milliards dans l’hydrogène en espérant qu’il remplacera les hydrocarbures dans la production d’électricité, l’industrie lourde et les transports, comme le transport routier et maritime.

    Le délai de transition dépendra de la vitesse à laquelle la baisse des coûts (grâce aux technologies) permettra un déploiement à grande échelle de l’hydrogène et de la rapidité avec laquelle les sociétés et les pouvoirs publics intégreront cette nouvelle source d’énergie dans leur stratégie de décarbonisation. Déjà, les prévisions de l’Agence internationale de l’énergie indiquent qu’environ 10% de l’énergie consommée à l’échelle mondiale d’ici 20505 proviendra de l’hydrogène.

    Dans cette transition, l’hydrogène vert est révolutionnaire : il a de multiples utilisations, peut contribuer à décarboniser les activités générant des émissions difficiles à réduire et constitue pour les producteurs d’énergie une nouvelle ligne d’activité alignée sur les objectifs « net-zéro » des gouvernements.

    A l’échelle mondiale, selon Wood Mackenzie, société internationale de recherche et de conseil en énergie, les prévisions de capacité totale issue de projets d’hydrogène vert en cours de développement ont plus que quadruplé, passant de 3,2 à plus de 15 gigawatts en un an seulement depuis fin août 2021.

    Pour le moment, l’hydrogène vert occupe une faible part dans le bouquet énergétique global, mais la baisse des coûts de production dans les prochaines années pourrait faire des sociétés de production, de stockage, de transport et d’exportation d’hydrogène des cibles d’investissements attractives pour les investisseurs avisés.

    Le World Business Council for Sustainable Development et la Sustainable Markets Initiative ont annoncé un engagement en faveur de l’hydrogène durant la COP 26 dans l’objectif de favoriser l’augmentation de l’offre et de la demande d’hydrogène en tant que composante clé d’un futur paradigme « net-zéro ». Vingt-huit sociétés ont adhéré à cet engagement, dans différents secteurs : exploitation minière, énergie, construction automobile, fabrication d’équipements, services financiers, etc. Selon les estimations de l’Hydrogen Council, les engagements pris dans le cadre de cette initiative équivalent à environ un quart du potentiel de décarbonisation en faveur de l’hydrogène d’ici 2030.

     

    Les superpuissances de l’hydrogène vert

    Les pays qui se sont engagés en faveur d’objectifs « net-zéro » représentent plus de 80% de l’économie mondiale et rivalisent désormais pour gagner le titre de première superpuissance de l’hydrogène vert. Plus de 30 pays se sont engagés à élaborer une stratégie de l’hydrogène et consacrent des fonds à sa mise en œuvre6.

    L’Europe, qui représente plus de la moitié des projets annoncés et cumule des investissements estimés à USD 130 milliards, est au cœur du développement de l’hydrogène. Mais proportionnellement, toutes les autres régions ont affiché une croissance supérieure, avec une hausse de plus de 75% des projets annoncés7.

    La Chine, qui émerge à vitesse V comme un géant de l’hydrogène, prévoit que cette source d’énergie comptera pour 10% de son bouquet énergétique d’ici 2050. Elle a lancé le plus grand projet d’hydrogène vert au monde, qui devrait être achevé l’année prochaine, et a annoncé la mise en œuvre de plus de 50 grands projets d’hydrogène. Cumulés, ces projets représentent plus de USD 180 milliards en investissements garantis ou annoncés8. La moitié environ des projets annoncés par la Chine sont menés dans le transport, secteur clé du plan de transition énergétique.

    Les investissements dans l’hydrogène vert s’accélèrent en Chine en prévision d’un essor du marché. Les industries et les consommateurs se sont tournés vers des combustibles plus sobres en carbone dès que le pays a annoncé son objectif de neutralité carbone d’ici 2060 et un pic des émissions de carbone dans les secteurs clés d’ici 2030.

    La société de veille énergétique BloombergNEF a annoncé le mois dernier que les volumes de ventes mondiales d’électrolyseurs quadrupleraient en 2022 par rapport à 2021 et atteindre une capacité de 1,8 à 2,5 gigawatts, et que les deux tiers de la demande mondiale devraient provenir de Chine, les sociétés d’Etat se montrant promptes à se conformer à l’objectif national de décarbonisation.

    Les sociétés chinoises suivent la même stratégie de développement que pour l’énergie solaire : casser les prix et abaisser les coûts de production, augmenter le nombre d’installations et accélérer le développement technologique grâce au financement public et au soutien politique des projets d’hydrogène. Comme les panneaux solaires, les électrolyseurs sont relativement bon marché et sont faciles à produire en série en Chine en raison du bas coût de la main-d’œuvre et des matières premières.

    D’autres facteurs pourraient faciliter l’adoption de l’hydrogène renouvelable en Chine, dont la montée en production d’énergie propre du pays, qui entend passer d’une capacité de 500 GW en 2020 à 1’200 GW d’ici 2030, selon le Hydrogen Council, une initiative mondiale de PDG de plus de 130 entreprises engagées dans le développement commercial de l’économie de l’hydrogène.

    La Chine s’est également engagée à développer un réseau de transport d’énergie électrique de haute qualité et à accroître sa capacité de stockage pour se doter de la flexibilité nécessaire à l’augmentation dans son bouquet de la part d’énergie issue de sources renouvelables.

     

    Points de vue de l’Hydrogen Council

    Selon l’Hydrogen Council, les ambitions climatiques se précisent de toutes parts, accélérant la dynamique de développement de l’hydrogène en tant que composante clé de la transition énergétique.

    Depuis février 2021, les grands projets annoncés dans l’hydrogène propre totalisent une capacité de plus de dix millions de tonnes d’ici 2030, soit un tiers environ de la hausse de la demande d’hydrogène propre totale prévue sur les dix prochaines années9.

    Autres points du rapport de l’Hydrogen Council : 

    Depuis février 2021, 131 projets d’envergure ont été annoncés à l’échelle mondiale, portant leur nombre total à 359.

    • Les investissements totaux dans ces projets et tout au long de la chaîne de valeur sont estimés à USD 500 milliards d’ici à 2030. Les investissements dans des projets « lancés »10 ont presque doublé pour atteindre USD 150 milliards depuis février.

     

    Source : Rapport Hydrogen Insights, juillet 2021

     

    Où sont les opportunités sur la chaîne de valeur de l’hydrogène ?

    Nous étudions les opportunités d’investissement dans l’hydrogène bleu et dans l’hydrogène vert au titre de notre stratégie actions Climate Transition. La source d’énergie propre entre également en compte dans notre philosophie d’investissement axée sur la transition vers une économie CLIC™(« Circular, Lean, Inclusive et Clean »), c’est-à-dire une économie circulaire, efficiente, inclusive et propre, capable de relever le défi du « net-zéro ».

    Nous nous intéressons aux sociétés mettant au point des technologies de captage du carbone, générant de l’électricité renouvelable et fabriquant des électrolyseurs. Les opportunités liées à l’hydrogène englobent aussi les infrastructures pour le stockage, la distribution et le transport, ainsi que les applications de l’hydrogène, y compris la fabrication de piles à combustible, la mobilité, les bâtiments et le secteur de l’acier.

    Enfin, si l’économie de l’hydrogène offre surtout des opportunités en lien avec notre stratégie Climate Transition en raison de son statut de source d’énergie propre, certaines applications pourraient s’inscrire dans notre stratégie Natural Capital, par exemple, les engrais verts ou les produits chimiques verts. Son développement et ses applications sont encore au stade du développement.

    Après une cartographie minutieuse des opportunités qu’offre l’hydrogène, nous sommes maintenant prêts à en tirer parti, selon les conditions de marché.

    Pour en savoir plus sur notre stratégie Climate Transition, cliquez ici.

     

    sources.

    1. Toute référence à une entreprise ou à un titre spécifique ne constitue en aucun cas une recommandation d’achat, de vente, de participation ou d’investissement direct dans l’entreprise ou le titre concerné(e). Rien ne garantit que les recommandations faites à l’avenir donneront des résultats positifs ou égaleront la performance des titres cités dans le présent document.

    2. https://www.bloomberg.com/news/articles/2021-11-29/bp-plans-green-hydrogen-base-in-u-k-as-transition-speeds-up 

    3. https://www.bp.com/en/global/corporate/news-and-insights/reimagining-energy/hydrogen-and-the-energy-transition.html

    4. Executive summary – Global Hydrogen Review 2021 – Analysis - IEA

    5. Rapport Hydrogen Insights, juillet 2021

    6. Rapport Hydrogen Insights, juillet 2021

    7. Rapport Hydrogen Insights, juillet 2021 Les investissements annoncés comprennent les investissements directement associés aux projets publiquement annoncés ; les investissements garantis comprennent les investissements supplémentaires qui seront nécessaires pour atteindre les objectifs du gouvernement et les investissements indirects que devront effectuer les fabricants d’équipements d’origine et les fournisseurs à l’appui des investissements directs.

    8. Mises à jour de l’Hydrogen Council en collaboration avec McKinsey & Company, juillet 2021

    9. Par « projet lancé », on entend que l’investissement est, soit en phase de planification, soit a fait l’objet d’une décision d’investissement finale, ou encore que le projet est déjà en phase de construction, a été mis en service, voire est opérationnel (Hydrogen Council).

    10. Par « projet lancé », on entend que l’investissement est, soit en phase de planification, soit a fait l’objet d’une décision d’investissement finale, ou encore que le projet est déjà en phase de construction, a été mis en service, voire est opérationnel (Hydrogen Council).

     

    important information.


    RÉSERVÉ AUX INVESTISSEURS PROFESSIONNELS
    Le présent document a été publié par Lombard Odier Asset Management (Europe) Limited, agréée et réglementée par l’autorité de surveillance des services financiers (Financial Conduct Authority ou FCA) et enregistrée sous le numéro 515393 dans le registre de la FCA.
    Lombard Odier Investment Managers (« LOIM ») est un nom commercial.
    Ce document est fourni à titre d’information uniquement et ne constitue pas une offre ou une recommandation d’acquérir ou de vendre un titre ou un service quelconque. Il n’est pas destiné à être distribué, publié ou utilisé dans une juridiction où une telle distribution, publication ou utilisation serait interdite. Ce document ne contient pas de recommandations ou de conseils personnalisés et n’est pas destiné à remplacer un quelconque conseil professionnel sur l’investissement dans des produits financiers. Avant d’effectuer une quelconque transaction, il est conseillé à l’investisseur de vérifier minutieusement si elle est adaptée à sa situation personnelle et, si nécessaire, d’obtenir un avis professionnel indépendant quant aux risques et aux conséquences juridiques, réglementaires, fiscales, comptables ainsi qu’en matière de crédit. Ce document est la propriété de LOIM et est adressé à son destinataire pour son usage personnel exclusivement. Il ne peut être reproduit (en totalité ou en partie), transmis, modifié ou utilisé à des fins publiques ou commerciales sans l’autorisation écrite et préalable de LOIM. Ce document contient les opinions de LOIM, à la date de publication.
    Ni ce document ni aucune copie de ce dernier ne peuvent être envoyés, emmenés ou distribués aux Etats-Unis, dans l’un de leurs territoires, possessions ou zones soumises à leur juridiction, ni à une Personne américaine ou dans l’intérêt d’une telle personne. A cet effet, l’expression « Personne américaine » désigne tout citoyen, ressortissant ou résident des Etats-Unis d’Amérique, toute association organisée ou existant dans tout Etat, territoire ou possession des Etats-Unis d’Amérique, toute société organisée en vertu des lois des Etats-Unis ou d’un Etat, d’un territoire ou d’une possession des Etats-Unis, ou toute succession ou trust soumis dont le revenu est imposable aux Etats-Unis, quel qu’en soit l’origine.
    Source des chiffres : sauf indication contraire, les chiffres mentionnés ont été préparés par LOIM.
    Bien que certaines informations aient été obtenues de sources publiques réputées fiables, sans vérification indépendante, nous ne pouvons garantir leur exactitude et exhaustivité.
    Les points de vue et opinions exprimés le sont uniquement à titre d’information et ne constituent pas une recommandation de LOIM d’acheter, de vendre ou de détenir un titre quelconque. Les avis et opinions sont donnés en date de cette présentation et sont susceptibles de changer. Ils ne doivent pas être interprétés comme des conseils en investissement.
    Aucune partie de ce document ne saurait être (i) copiée, photocopiée ou reproduite sous quelque forme et par quelque moyen que ce soit, ou (ii) distribuée à toute personne autre qu’un employé, cadre, administrateur ou agent autorisé du destinataire sans l’accord préalable de Lombard Odier Asset Management (Europe) Limited. Au Royaume-Uni, ce document constitue une promotion financière et a été approuvé par Lombard Odier Asset Management (Europe) Limited, qui est autorisée et supervisée par la FCA. ©2022 Lombard Odier IM. Tous droits réservés.