investment viewpoints

Investir dans l’alimentation de demain

Investir dans l’alimentation de demain
Conor Walsh, CFA - Portfolio Manager

Conor Walsh, CFA

Portfolio Manager
Michael Urban, PhD - Chief Sustainability Strategist

Michael Urban, PhD

Chief Sustainability Strategist

 

Il est urgent de repenser nos systèmes alimentaires gaspilleurs et non soutenables si nous souhaitons relever le défi d’alimenter une population mondiale croissante sur fond de chocs géopolitiques, de changement climatique et de perte de biodiversité sans précédent. Comment les investisseurs peuvent-ils aligner leurs portefeuilles sur cette transition ?

 

Les points à retenir

  • Le marché de la production d’alimentation soutenable devrait totaliser USD 600 milliards en 2030
  • Les fournisseurs de produits et services spécialisés qui favoriseront cette transition représenteront un marché s’élevant jusqu’à USD 100 milliards en 2030, selon nos estimations
  • Le marché de la consommation d’alimentation soutenable devrait totaliser USD 800 milliards en 2030

 

Les clés pour accéder à de nouveaux systèmes et à de nouvelles sources de profit

La transition vers des systèmes alimentaires plus soutenables dépend d’un investissement dans des solutions capables d’accroître la productivité agricole et d’améliorer l’alimentation à l’échelle mondiale tout en réduisant l’impact négatif sur la planète. Le secteur agricole est l’un des principaux responsables du dépassement des limites planétaires. La transition vers de nouveaux modèles pourrait procurer des sources de revenus annuels de USD 1’500 milliards d’ici 2030,1 contre près de USD 727 milliards estimés en 2021.

Chez LOIM, nous pensons que les sous-thèmes d’investissement suivants libéreront ces nouvelles sources de profit.


1. Production alimentaire soutenable : un marché de USD 600 milliards en 2030

Les entreprises de production d’aliments et d’intrants biologiques et synthétiques offrent des opportunités de croissance, notamment celles spécialisées dans les secteurs suivants 

  • aquaculture
  • alimentation et santé animales
  • engrais
  • produits agricoles
  • additifs et ingrédients alimentaires

La transition vers les nouveaux systèmes alimentaires changera les types d’aliments que nous consommons et leur mode de production. Cette transformation aura des répercussions, par exemple, sur la croissance de l’aquaculture soutenable, qui présente de nombreux avantages en termes de soutenabilité sur l’agriculture, notamment une plus faible intensité en carbone que les l’élevage terrestre, en particulier l’élevage bovin. Selon le World Resources Institute, face à la baisse de l’offre de poissons sauvages d’ici 2050, le marché de l’aquaculture devra passer de 115 millions de tonnes en 2018 à 150 millions de tonnes d’ici 2050.2

En privilégiant l’alimentation et la santé animales soutenables, nous pourrons garantir une production d’aliments d’origine animale bien plus réduite, mais beaucoup plus saine3. La consommation inefficace des récoltes par le bétail pose un défi de taille. En effet, seuls 55% des calories issues des cultures consommées dans le monde sont directement consommées par les êtres humains, alors que 36% servent à l’alimentation animale. Il est donc nécessaire d’éliminer la « vache intermédiaire ».

Les engrais propres et d’origine biologique devront remplacer ceux à base de combustibles fossiles, tandis que de nouveaux additifs et ingrédients alimentaires doivent se substituer aux anciens, pour produire des aliments d’origine végétale de concert avec l’amélioration des technologies et l’évolution des préférences des consommateurs.


2. Solutions habilitantes : un marché de USD 100 milliards en 2030

Nous nous intéressons aux entreprises qui peuvent proposer des produits et services spécialisés permettant de favoriser les transformations tout au long de la chaîne de valeur, notamment celles spécialisées dans les secteurs suivants :

  • équipements agricoles et alimentaires
  • technologies habilitantes
  • emballage alimentaire
  • sciences de la vie
  • logistique et distribution

Les solutions habilitantes contribueront à la création de modèles d’affaires transversaux. Selon nous, les nouveaux équipements agricoles électrifiés accompagneront l’essor de pratiques agricoles régénératrices et de précision, entre autres. Les technologies habilitantes nous aideront également à prendre de meilleures décisions en matière de production et de consommation. A titre d’exemple, le suivi par satellite permet de contrôler la santé et le volume des cultures et d’utiliser les données générées pour ajuster les cycles d’arrosage et d’alimentation, afin de maximiser les rendements. L’application ciblée des engrais réduira le gaspillage et restaurera la santé des sols, tandis que les applications de revente peuvent éviter le gaspillage des aliments invendus, mais aptes à la consommation.

De nouveaux outils pour l’industrie alimentaire seront inventés, notamment pour produire des protéines de substitution à grande échelle. Les innovations en matière d’emballage alimentaire, de logistique et de distribution permettront de prolonger la durée de vie des productions et des produits plus rapidement et de réduire le gaspillage.

 

3. Consommation alimentaire soutenable : un marché de USD 800 milliards en 2030

Les entreprises en contact avec les consommateurs qui produisent, vendent et servent de la nourriture sont bien positionnées pour tirer parti de la transition, notamment celles engagées dans les secteurs suivants :

  • production alimentaire
  • distribution alimentaire
  • restaurants et restauration collective

Les aliments et les boissons que nous produisons, distribuons et consommons vont considérablement évoluer dans les années à venir. Nous estimons que la consommation de certains groupes d’aliments, comme la viande rouge et le sucre, diminuera de 50%, tandis que la demande pour d’autres groupes, tels que les légumineuses, les légumes, les fruits à coque et les fruits, bondira d’au moins 100%. Dans les menus des restaurants et les rayons des supermarchés, les produits carnés et laitiers devraient se raréfier, les aliments végétaux perdant progressivement leur statut d’alternative pour devenir la norme.

Cette transition sera soutenue par l’accélération du rythme des innovations en matière de protéines d’origine végétale, fermentées, cultivées et à base d’insectes d’ici 2030. Les consommateurs auront ainsi accès à de nouveaux aliments, les entreprises exploitant les sources de profit liées aux alternatives aux protéines en pleine expansion.

 

Une transformation non linéaire

La transition vers les nouveaux systèmes alimentaires ne sera selon nous pas un processus linéaire, selon lequel l’accent initialement mis sur l’augmentation de la production sera suivi de questions liées à la durabilité. Il s’agira plutôt d’un changement disruptif, justifiant une philosophie d’investissement thématique.

Notre accent sur des sous-thèmes clairs nous oriente vers des interactions clés au sein de la chaîne de valeur, et les interactions entre la chaîne de valeur et l’environnement, moteurs de la transition. Nous évaluons ensuite s’ils génèrent des opportunités d’investissement et cherchons à générer de l’alpha en exploitation l’évolution des sources de profit, en privilégiant la qualité.

Cette approche repose sur l’intégration d’une analyse et de mesures prospectives de la soutenabilité, telles que la hausse implicite de la température et la gestion des forêts, en plus des scores ESG.

 

Identifier les points d’inflexion

Nos recherches suggèrent que dix des treize secteurs qui sous-tendent les nouveaux systèmes alimentaires atteindront un point d’inflexion d’ici 2030, ouvrant la voie à leur adoption par le grand public. Dans le secteur de l’aquaculture, les technologies qui favorisent la transition ont déjà atteint la phase de commercialisation à grande échelle. Dans le domaine des engrais, la transition, notamment le recours à l’ammoniac vert et aux engrais biologiques circulaires, ne fait que commencer, mais pourrait rapidement resserrer l’écart. Nous définissons les points d’inflexion comme des moments où les marchés trouvent un nouvel équilibre, les produits et services soutenables abandonnant le marché de niche pour le marché grand public.

 

 

POINTS D’INFLEXION DU MARCHÉ : ÉVALUATION PORTANT SUR TREIZE SOUS-THÈMES DU SYSTÈME ALIMENTAIRE, AVEC UN HORIZON DE 2030

PRODUCTION ALIMENTAIRE SOUTENABLE

SOUS-THÈME

PRINCIPALES SOLUTIONS DE TRANSITION

ÉCHÉANCE

BARRIÈRES
D’ÉCHELLE

PROFIL DE
RENTABILITÉ/RISQUE

PERSPECTIVES 
DE LA DEMANDE

POINT D’INFLEXION 
ATTEINT D’ICI 2030 ?

Aquaculture

Aquaculture sans apport de nourriture ; aliments soutenables1

Mature

Moyennes

Moyen

Positives

Probable

Produits agricoles

Agriculture régénératrice ; protéines de substitution2

Emergente

Moyennes

Moyen

Positives

Probable

Additifs et ingrédients alimentaires

Ingrédients pour protéines de substitution3

Emergente

Faibles

Faible

Positives

Probable

Alimentation et santé animales

Aliments soutenables ; bien-être animal préventif4

Mature

De faibles à moyennes

Faible

Positives à court terme bonne ; négatives à long terme

Aliments : probable (pour certains

produits) Santé : incertain

Engrais

Engrais biologiques et à faible émission de carbone ; ammoniac vert

Emergente

Elevées

Elevé

Positives

Peu probable

 

SOLUTIONS HABILITANTES

SOUS-THÈME

PRINCIPALES SOLUTIONS DE TRANSITION

ÉCHÉANCE

BARRIÈRES D’ÉCHELLE

PROFIL DE RENTABILITÉ/RISQUE

PERSPECTIVES 
DE LA DEMANDE

POINT D’INFLEXION 
ATTEINT D’ICI 2030 ?

Equipements alimentaires et agricoles

Equipement électrifié et intelligent ,5 infrastructure de protéines de substitution

Mature

Moyennes

Moyen

Positives

Probable

Sciences de la vie

Biologie synthétique

Mature

Moyennes

Moyen

Positives

Probable (pour certains produits)

Technologies habilitantes

Intelligence artificielle et analyse prédictive ; solutions de suivi et de traçabilité5

Croissance

Faibles

Elevé

Positives

Probable (pour certains produits)

Emballage alimentaire

Emballages biologiques6

Emergente

Faibles

Moyen

Positives

Probable (pour certains produits)

Logistique et livraison

Transport électrifié, distribution intelligente, alimentation

Croissance

Faibles

Moyen

Positives

Probable amélioration de la chaîne (pour certains produits)7

CONSOMMATION ALIMENTAIRE SOUTENABLE

SOUS-THÈME

PRINCIPALES SOLUTIONS DE TRANSITION

ÉCHÉANCE

BARRIÈRES D’ÉCHELLE

PROFIL DE RENTABILITÉ/RISQUE

PERSPECTIVES 
DE LA DEMANDE

POINT D’INFLEXION 
ATTEINT D’ICI 2030 ?

Production alimentaire 

Protéines de substitution ; augmentation des fruits et légumes

Emergente

Moyennes

Moyen

Positives

Probable

Distribution

Protéines de substitution, approvisionnement local, augmentation des fruits et légumes, gestion des invendus alimentaires8

Emergente

Faibles

Moyen

Positives

Probable

Restaurants et restauration collective

Protéines de substitution, approvisionnement local, augmentation des fruits et légumes, gestion des invendus alimentaires

Emergente

Faibles

Moyen

Positives

Probable

Sources : LOIM et SystemIQ. Remarques : 1 Les entreprises d’aquaculture doivent travailler avec les fabricants d’aliments pour animaux pour s’approvisionner en aliments soutenables. 2 Y compris les insectes, les protéines fermentées, cultivées et d’origine végétale. 3 Y compris les enzymes et les nutriments. 4 Y compris la planification sanitaire et les vaccins. 5 Y compris l’agriculture de précision, la robotique et la culture en serre (p. ex. agriculture en environnement contrôlé OU AEC). Y compris la blockchain et la radio-identification (RFID). 6 Y compris les revêtements biologiques. 7 Y compris la gestion de la chaîne du froid. 8 Y compris les applications de gestion des invendus alimentaires.

 

Ces nouveaux paradigmes transformeront les sources de profit, soit en modifiant les opportunités offertes par les marchés existants, soit en créant de nouvelles sources de demande, provoquant ainsi une soudaine matérialisation des risques, tout en libérant le potentiel haussier pour les investisseurs sur les marchés financiers.

Sur les places boursières, il est possible de saisir les opportunités en investissant dans des entreprises qui opèrent une transition de leur modèle d’affaires en prévision de l’évolution des sources de profit, ainsi que dans des nouvelles venues, qui ciblent de nouvelles sources de profit.

Chez LOIM, notre objectif est d’investir dans des solutions et produits innovants et éprouvés capables de transformer les systèmes alimentaires. Pour en savoir plus sur la façon dont LOIM investit dans l’alimentation de demain, cliquez ici.

 

Sources

[1] Analyse de LOIM fondée sur le rapport de la Food and Land Use Coalition (2019) : « Growing Better: Ten Critical Transitions to Transform Food and Land Use »
[2] Une ressource halieutique dont l’abondance est au moins égale au rendement maximal durable est classée comme biologiquement soutenable. A l’inverse, si l’abondance est inférieure au rendement maximal durable, la ressource est considérée comme biologiquement non soutenable. Le rendement maximal durable est le niveau auquel la population peut subsister indéfiniment.
[3] (Cassidy, West, Gerber, & Foley, 2013)
 
 

informations importantes.

À l’usage des investisseurs professionnels uniquement
Le présent document a été publié par Lombard Odier Funds (Europe) S.A., société anonyme (SA) de droit luxembourgeois, ayant son siège social sis 291, route d’Arlon, 1150 Luxembourg, agréée et réglementée par la CSSF en tant que Société de gestion au sens de la directive 2009/65/CE, telle que modifiée, et au sens de la directive 2011/61/UE sur les gestionnaires de fonds d’investissement alternatifs (directive GFIA). La Société de gestion a pour objet la création, la promotion, l’administration, la gestion et la commercialisation d’OPCVM luxembourgeois et étrangers, de fonds d’investissement alternatifs (« FIA ») et d’autres fonds réglementés, d’organismes de placement collectif ou d’autres véhicules d’investissement, ainsi que l’offre de services de gestion de portefeuille et de conseil en investissement.
Lombard Odier Investment Managers (« LOIM ») est un nom commercial.
Ce document est fourni à titre d’information uniquement et ne constitue pas une offre ou une recommandation d’acquérir ou de vendre un titre ou un service quelconque. Il n’est pas destiné à être distribué, publié ou utilisé dans une quelconque juridiction où une telle distribution, publication ou utilisation serait illégale. Ce document ne contient pas de recommandations ou de conseils personnalisés et n’est pas destiné à remplacer un quelconque conseil professionnel sur l’investissement dans des produits financiers. Avant de conclure une transaction, l’investisseur doit examiner avec soin si celle-ci est adaptée à sa situation personnelle et, si besoin, obtenir des conseils professionnels indépendants au sujet des risques, ainsi que des conséquences juridiques, réglementaires, financières, fiscales ou comptables. Ce document est la propriété de LOIM et est adressé à son destinataire pour son usage personnel exclusivement. Il ne peut être reproduit (en totalité ou en partie), transmis, modifié ou utilisé dans un autre but sans l’accord écrit préalable de LOIM. Ce document contient les opinions de LOIM, à la date de publication.
Ni ce document ni aucune copie de ce dernier ne peuvent être envoyés, emmenés ou distribués aux États-Unis, dans l’un de leurs territoires, possessions ou zones soumises à leur juridiction, ni à une personne américaine ou dans l’intérêt d’une telle personne. À cet effet, l’expression « Personne américaine » désigne tout citoyen, ressortissant ou résident des États-Unis d’Amérique, toute association organisée ou existant dans tout État, territoire ou possession des États-Unis d’Amérique, toute société organisée en vertu des lois des États-Unis ou d’un État, d’un territoire ou d’une possession des États-Unis, ou toute succession ou trust soumis dont le revenu est imposable aux États-Unis, qu’en soit l’origine.
Source des chiffres : sauf mention contraire, les chiffres sont fournis par LOIM.
Bien que certaines informations aient été obtenues auprès de sources publiques réputées fiables, sans vérification indépendante, nous ne pouvons garantir leur exactitude ni l’exhaustivité de toutes les informations disponibles auprès de sources publiques.
Les avis et opinions sont exprimés à titre indicatif uniquement et ne constituent pas une recommandation de LOIM pour l’achat, la vente ou la détention de quelque titre que ce soit. Les avis et opinions sont donnés en date de cette présentation et sont susceptibles de changer. Ils ne devraient pas être interprétés comme des conseils en investissement.
Aucune partie de ce document ne saurait être (i) copiée, photocopiée ou reproduite sous quelque forme et par quelque moyen que ce soit, ou (ii) distribuée à toute personne autre qu’un employé, cadre, administrateur ou agent autorisé du destinataire sans l’accord préalable de Lombard Odier Funds (Europe) S.A. Au Luxembourg, ce document est utilisé à des fins marketing et a été approuvé par Lombard Odier Funds (Europe) S.A., qui est autorisée et réglementée par la CSSF.
© 2022 Lombard Odier IM. Tous droits réservés.