investment viewpoints

    L’agriculture 2.0

    L’agriculture 2.0
    Alina Donets - Portfolio Manager

    Alina Donets

    Portfolio Manager

    L’agriculture 2.0

    L’agriculture repose sur le capital naturel (les ressources naturelles de la terre) dans une plus large mesure que la majeure partie des autres activités. C’est pourquoi le développement et la mise en œuvre de techniques agricoles intelligentes font partie intégrante de l’avancement de l’économie CLIC™ (acronyme anglais des termes Circular [circulaire], Lean [efficient], Inclusive [inclusif] et Clean [propre]) et constituent également un élément important de notre stratégie Natural Capital.

    À titre d’investissement thématique, l’agriculture intelligente a commencé à attirer l’attention d’un certain nombre de personnalités de premier plan. Le fondateur de Microsoft, Bill Gates, s’est récemment retrouvé sous le feu des projecteurs pour avoir accumulé des investissements dans des terres fertiles aux États-Unis. Il possède actuellement aux alentours de 100 000 hectares de terrain cultivable selon The Land Report. À la lumière d’initiatives similaires de la part d’autres grands investisseurs institutionnels, nous avons de plus en plus l’impression que les terres agricoles sont sous-évaluées. Selon leur mode de gestion, leur valorisation pourrait être optimisée. Les investissements dans des méthodes d’efficacité technique et de gestion des coûts, telles que l’agriculture de précision, peuvent permettre d’accéder à des valorisations plus élevées, tout comme la transition vers des pratiques d’une plus grande durabilité environnementale, à plus faible empreinte carbone et à plus grande biodiversité.

     

    Une agriculture plus intelligente

    Les pratiques agricoles intelligentes, qui impliquent le recours à la technologie pour améliorer la production, sont capables de produire de meilleurs rendements. La valorisation des entreprises de l’espace agricole ne reflète pas non plus pleinement la création de valeur économique totale. La forte dynamique économique des marchés agricoles sous-jacents, ainsi que les tendances séculaires de l’innovation qui répondent aux besoins d’efficacité et aux défis environnementaux sur un marché alimentaire aux ressources limitées, sont des facteurs actuellement sous-estimés.

    La mise en œuvre effective de pratiques et de méthodes innovantes s’avère souvent complexe. Une décennie de faibles prix des produits agricoles de base a poussé de nombreux agriculteurs à essayer de maximiser la durée de vie de leurs vieux équipements, même si des remplacements et des mises à niveau étaient nécessaires. Pour ceux qui ont innové, ils l’ont souvent fait sans chercher à améliorer les impacts environnementaux sur les ressources naturelles. Pire, cela a même pu donner lieu à l’écoulement mal contrôlé de produits chimiques qui nuisent à la biodiversité, à des systèmes d’irrigation qui abusent de l’extraction de l’eau au point de provoquer le tarissement des sources, ou encore à des pratiques de gestion extensive des sols qui ont des répercussions sur le piégeage du carbone.

     

    Le prochain niveau d’innovation technologique

    Toutefois, la pandémie mondiale a entraîné une distorsion importante des échanges commerciaux mondiaux et des chaînes d’approvisionnement, ce qui, associé aux conditions météorologiques, a conduit à l’épuisement des stocks de matières premières et à une hausse conséquente des prix des produits agricoles de base. Avec des niveaux de revenus agricoles plus élevés à la fin de l’année 2020 et une situation similaire attendue en 2021, le secteur agricole est définitivement à l’aube d’un puissant cycle de mise à niveau, présentant une occasion d’accélérer l’adoption du prochain niveau d’innovation technologique.

    Les améliorations éprouvées des pratiques agricoles, combinées aux nouveaux outils, continueront à raffermir l’économie du secteur, tout en préservant la nature.

    Les dommages environnementaux dans le secteur agricole sont un problème largement reconnu, mais les mesures prises en ce sens sont insuffisantes. Les régulateurs cherchent à remédier à cette situation par le biais de structures incitatives telles que l’initiative « De la ferme à la fourchette » de la Commission européenne et plusieurs grandes entreprises, à l’instar de Danone1 et General Mills, ont choisi de prendre position en faveur des engagements pour une agriculture régénératrice. Nestlé s’est engagée à investir CHF 1,2 milliard dans des pratiques régénératrices de la nature d’ici 2025, ce qui inclut de meilleures pratiques agricoles telles que la culture de couverture, l’utilisation d’engrais organiques et la rotation des cultures, ainsi que l’utilisation de digesteurs de biogaz.

    L’agriculture régénératrice peut offrir d’énormes avantages environnementaux, notamment une réduction de près de 40 % de l’écoulement d’azote, ce qui est important pour la protection de la biodiversité. De telles pratiques sont toutefois impossibles à mettre en œuvre sans une évolution de la technologie. La réduction du travail du sol, la rotation des cultures et l’aménagement des sols nécessitent un certain nombre d’intrants, allant de l’irrigation de précision, des semis de précision et de l’application de produits chimiques, jusqu’aux logiciels intelligents qui intègrent la surveillance des sols et des cultures avec les modèles météorologiques et les activités agricoles suggérées.

    Il existe un certain nombre de solutions d’agriculture de précision qui ont fait leurs preuves mais qui n’ont pas encore atteint leur niveau d’intégration maximum. Aujourd’hui, les systèmes logiciels connectés aux machines agricoles, pourvus d’outils de contrôle et de prédiction intelligents, peuvent non seulement aider les agriculteurs à optimiser le dosage des engrais grâce à des capteurs de haute précision ainsi qu’à des pulvérisateurs d’application, mais aussi à prédire la quantité nécessaire pour optimiser la culture, la santé des sols et les conditions météorologiques.

    Cette combinaison de facteurs, que sont le soutien économique aux dépenses en biens d’équipement, la sensibilisation accrue aux bénéfices environnementaux et financiers ainsi que le support réglementaire et social, a créé un environnement favorable aux équipements agricoles.

     

    Quelles opportunités cette situation présente-t-elle ?

    En reconnaissant l’ampleur de ce changement, nous voyons un certain nombre d’opportunités d’investissement intéressantes. Au cours du premier trimestre 2021, nous avons ajouté une nouvelle position sur AGCO1, l’une des principales entreprises de machines agricoles, dont l’objectif est d’accélérer la croissance de son offre intelligente hautement différenciée. L’entreprise vise l’innovation, non seulement en termes d’amélioration de l’application des produits chimiques, d’outils prédictifs et de gestion intégrée de l’exploitation agricole, mais aussi plus spécifiquement en termes de pratiques de semis et de plantation, qui font partie intégrante des pratiques agricoles régénératrices efficaces. Lors de sa dernière conférence téléphonique dédiée à la présentation de ses résultats, AGCO a souligné un taux de croissance de 200 % en glissement annuel en 2020 de ses systèmes complets de plantation intelligents, de 40 % de ses systèmes de plantation montés sur d’autres machines et de 35 % de ses pulvérisateurs à buses intelligentes. Il a également été rappelé à cette occasion que ces chiffres ne reflètent cependant pour l’heure que de faibles taux d’adoption, ce qui laisse entrevoir une croissance supplémentaire.2

    La position dans AGCO s’ajoute à plusieurs autres participations dans cet univers, telles que Kubota1, l’homologue japonais d’AGCO, ou Trimble, une société technologique qui, entre autres, développe des systèmes d’agriculture intelligente, notamment du matériel et des logiciels installés sur les machines agricoles permettant une plus grande précision et des pratiques agricoles prédictives.

     

    Conclusion

    Nous pensons qu’au cours de la prochaine décennie, un certain nombre de forces vont encore accélérer le développement et l’adoption des technologies agricoles. La conservation de l’eau et des sols, la préservation de la biodiversité, l’efficacité accrue de la production alimentaire et l’innovation technologique sont autant de forces positives qui contribuent à aligner l’agriculture sur l’économie CLIC™. L’accent étant mis sur la préservation du capital naturel, la réglementation devrait continuer à favoriser l’amélioration des pratiques et du suivi. Dans le même temps, la participation des investisseurs au marché foncier favorisera l’appréciation de la valorisation des actifs, ce qui améliorera la situation économique des agriculteurs et les retours potentiels sur investissement, renforçant ainsi la pénétration des technologies dans l’agriculture.

     

    Applications de l’agriculture de précision

     

     
    source : The Parliamentary Office of Science and Technology du Royaume-Uni.
     
    1 Toute référence à une société ou à un titre spécifique ne constitue pas une recommandation d’achat, de vente, de détention ou d’investissement directement dans ladite société ou lesdits titres. Rien ne garantit que les recommandations futures permettront d’engranger des bénéfices ou d’enregistrer une performance égale à celle présentée dans ce document.
    2 Les études de cas présentées dans ce document sont données à des fins purement illustratives et n’entendent pas constituer une recommandation d’investissement dans les titres mentionnés ni un résumé exhaustif de tous les facteurs ou éléments pertinents à prendre en considération pour faire un tel investissement. Les études de cas retenues illustrent le processus d’investissement adopté par le Gérant eu égard à un certain type d’investissement, mais peuvent ne pas être représentatives de l’ensemble du portefeuille d’investissement passé ou futur du Fonds. Il doit par ailleurs être entendu qu’elles ne suffiront pas en elles-mêmes à donner une vision claire et équilibrée du processus d’investissement adopté par le Gérant ou de la composition actuelle ou future du portefeuille d’investissement du Fonds.
     

    informations importantes.

    Le présent document a été émis par Lombard Odier Funds (Europe) S.A., société anonyme de droit luxembourgeois, dont le siège social est situé au 291, route d'Arlon, L-1150 Luxembourg. La société est autorisée et réglementée par la Commission de Surveillance du Secteur Financier (CSSF) en qualité de Société de gestion au sens de la Directive européenne 2009/65/CE (telle qu’amendée) et la Directive européenne 2011/61/UE sur les gestionnaires de fonds d’investissement alternatifs (Directive AIFM). Les objectifs de la Société de gestion sont la création, la promotion, l’administration, la gestion et le marketing d’OPCVM, de fonds d’investissement alternatifs (AIF), d’autres fonds réglementés, de véhicules de placement collectif ou d’autres véhicules luxembourgeois et étrangers, ainsi que l’offre de services de gestion de portefeuille et de conseil en investissement.
    Lombard Odier Investment Managers (« LOIM ») est un nom commercial.
    Ce document est fourni exclusivement à des fins d’information et ne constitue pas une offre ou une recommandation d’achat ou de vente d’une valeur mobilière ou d’un service. Il n’est pas destiné à être distribué, publié ou utilisé dans une juridiction où une telle distribution, publication ou utilisation serait illégale. Ce document ne contient pas de recommandations ou de conseils personnalisés et n'est pas destiné à remplacer des conseils professionnels au sujet d’investissements dans des produits financiers. Avant de conclure une transaction, l’investisseur doit examiner avec soin si celle-ci est adaptée à sa situation personnelle et, si besoin, obtenir des conseils professionnels indépendants au sujet des risques, ainsi que des conséquences juridiques, réglementaires, financières, fiscales ou comptables. Ce document est la propriété de LOIM et est adressé à son destinataire pour son usage personnel exclusivement. Il ne peut être reproduit (en partie ou dans son intégralité), transmis, modifié ou utilisé dans un autre but sans l’accord écrit préalable de LOIM. Ce document contient les opinions de LOIM à la date de publication.
    Ni le présent document, ni une copie de celui-ci ne peuvent être envoyés, amenés ou distribués aux États-Unis d’Amérique, dans l’un de leurs territoires, possessions ou zones soumis à leur juridiction, ou à l’attention ou dans l’intérêt d’un ressortissant américain (US Person). À cet effet, le terme « ressortissant » désigne tout citoyen, ressortissant ou résident des États-Unis d’Amérique, tout partenariat organisé ou existant dans un État, territoire ou possession des États-Unis d’Amérique, toute société de capitaux soumise au droit des États-Unis d’Amérique ou d’un État, territoire ou possession des États-Unis d’Amérique, ou toute propriété ou tout trust soumis à l’impôt fédéral des États-Unis d’Amérique, quelle que soit la source de ses revenus.
    Source des chiffres : sauf mention contraire, les chiffres sont fournis par LOIM.
    Bien que certaines informations proviennent de sources publiques réputées fiables, en l’absence de vérification indépendante, nous ne pouvons garantir leur exactitude et leur exhaustivité.
    Les avis et opinons sont exprimés à titre informatif uniquement et ne constituent pas une recommandation de LOIM pour l'achat, la vente ou la détention de quelque titre que ce soit. Les avis et opinions sont exprimés en date de cette présentation et sont susceptibles de changer. Ils ne doivent pas être interprétés comme des conseils en investissement.
    Aucune partie de ce document ne saurait être (i) copiée, photocopiée ou reproduite sous quelque forme que ce soit ou (ii) distribuée à toute personne autre qu’un employé, cadre, administrateur ou agent autorisé du destinataire sans l’accord préalable de Lombard Odier Funds (Europe) S.A. © 2021 Lombard Odier IM. Tous droits réservés.