Des signaux suisses positifs malgré les incertitudes mondiales

investment viewpoints

Des signaux suisses positifs malgré les incertitudes mondiales

Markus Thöny - Head of Swiss Fixed Income

Markus Thöny

Head of Swiss Fixed Income
Philipp Burckhardt - Credit Analyst and Portfolio Manager

Philipp Burckhardt

Credit Analyst and Portfolio Manager

Actuellement, la perspective économique est fortement influencée par les incertitudes géopolitiques, qui ont entraîné un ralentissement de la croissance mondiale sur fond de tensions commerciales entre la Chine et les États-Unis. Selon nous, la détérioration des données économiques va pousser les banques centrales à adopter une politique monétaire plus accommodante aux États-Unis et dans la zone euro, étant donné le faible taux d’inflation. Malgré ce contexte, certaines régions de Suisse montrent des signaux positifs pour l'économie nationale.  

Compte tenu de cette détérioration de la croissance, un assouplissement opéré par les banques centrales reste notre scénario de référence en ce qui concerne la Réserve fédérale des États-Unis (Fed) et la Banque centrale européenne (BCE). Dans la zone euro, la BCE a intensifié ses discours de relance et, d'après nous, poursuivra la mise en place de mesures de soutien, jusqu'à finalement relancer son programme d'assouplissement quantitatif en se concentrant sur les obligations d’entreprise.

En Suisse, les données économiques ont suivi la tendance baissière des pays voisins de la zone euro. Après avoir légèrement augmenté au printemps, le baromètre conjoncturel du KOF a de nouveau baissé en juin, et ses prévisions sont nettement moins réjouissantes que les pics enregistrés en décembre 2017. Le ralentissement de l’industrie manufacturière en Allemagne s’est également fait sentir en Suisse, l'indice des directeurs d’achat (PMI) ayant encore chuté en juin et se situant en deçà des prévisions. Le PIB Suisse de mars avait surpassé les attentes, mais depuis le contexte conjoncturel a beaucoup changé. Nous nous attendons donc à ce que le PIB de septembre reflète le ralentissement de la croissance mondiale.

Nous pouvons toutefois nous permettre de rester optimistes du fait de la solidité du marché de l’emploi suisse et des bonnes surprises économiques. Pour faire simple, le marché de l’emploi paraît sain, le taux de chômage de juin, corrigé des variations saisonnières, ayant atteint un niveau historiquement bas. De plus, les indicateurs de surprise suisses semblent avoir pris un nouveau tournant, les chiffres baissiers surprenant moins à présent.

Inflation, BNS et franc suisse

Qu’elle soit importée ou intérieure, l’inflation reste une préoccupation majeure pour la Suisse. Seule l’inflation intérieure continue d’être stimulée, l’inflation importée étant fortement ralentie par le franc fort. L’inflation prévisionnelle semble donc être maîtrisée, à moins qu’un choc externe, tel que les cours du pétrole, ne la tire vers le haut. Pour l’instant, l'inflation devrait selon nous rester faible tant que le franc suisse est fort et que les incertitudes continuent de perdurer au niveau mondial.

Lors de sa réunion de juin, la Banque nationale suisse (BNS) a conservé sa politique monétaire expansionniste et a déclaré qu’elle continuera d’intervenir au besoin sur le marché des changes aussi longtemps que nécessaire, étant donné la force du franc. En outre, elle a révisé légèrement à la hausse ses prévisions d'inflation conditionnelle par rapport à celles de mars, mais a souligné que les prévisions d’inflation à plus long terme restent pratiquement inchangées. Enfin, si elle a mis en évidence la solidité du marché de l’emploi national, elle a tout de même évoqué les risques d’un tassement du PIB suisse découlant du fort ralentissement de la croissance mondiale.

D'après nous, la BNS va maintenir ses taux, tout en suivant de près les évolutions européennes et mondiales, ainsi que celles du franc. Si le marché de l’emploi continue sur sa lancée, il pourrait finir par alimenter l’inflation, ce qu’il ne fait pas pour l’instant. Ce sont plutôt les évolutions au niveau national qui sont les plus susceptibles d’être freinées par ce contexte d'incertitudes mondiales.

Nous pensons que la BNS sera influencée par d'autres banques centrales, tout en cherchant à conserver un écart par rapport aux taux en vigueur dans d’autres pays afin de pouvoir endiguer la force éventuelle du franc.

D'après nous, la BNS va maintenir ses taux, tout en suivant de près les évolutions européennes et mondiales, ainsi que celles du franc.

Le principal risque qui pourrait ternir les prévisions pour la Suisse serait l’adoption de mesures extrêmement accommodantes au niveau mondial portant préjudice au franc. En effet, une baisse significative des taux dans le monde renforcerait la devise suisse et pourrait obliger la BNS à prendre certaines 

mesures : réduire ses taux ou multiplier ses interventions sur le marché des changes. Un programme d’assouplissement quantitatif mis en place par la BCE lui donnerait également du fil à retordre, car il pourrait considérablement diminuer les rendements.

Seul l’avenir nous dira comment les choses évolueront dans le monde et quelle influence elles auront sur l'économie suisse. Il se peut que les incertitudes géopolitiques actuelles ne soient qu'un bouleversement temporaire ou, au contraire, que le déclin observé s’enracine et justifie ainsi la mise en œuvre de nombreuses mesures de relance.

À ce stade, nous nous attendons principalement à ce que l’économie suisse continue sur sa lancée et tablons sur une timide reprise et sur une faible inflation prévisionnelle. L’évolution de la conjoncture mondiale dépendra, quant à elle, des conflits commerciaux sino-américains et des réactions de la Fed et de la BCE, marqués par l’instabilité.

Le contexte actuel confirme les prévisions de taux bas et la quête de rendement des investisseurs. D’après nos observations, les obligations d'entreprise à court terme libellées en CHF semblent offrir des opportunités intéressantes. Nous estimons qu’une approche dédiée et rigoureuse convient le mieux pour exploiter les rendements potentiels découlant des obligations suisses.


Du LIBOR au SARON  

En raison des réformes des taux de référence et de la fin annoncée du LIBOR1, la BNS a introduit un nouveau taux directeur, le SARON (Swiss average rate overnight)2. Désormais, elle ne se fonde plus sur le LIBOR, mais sur le SARON, pour définir sa fourchette opérationnelle. Elle a affirmé que ce dernier était actuellement le plus représentatif des taux à court terme du marché monétaire et se profilait comme le taux de référence des produits financiers.

Comme la BNS définit son objectif d’inflation sur trois ans, elle a besoin d'un taux qui existera encore à la fin de cette période. Or, la Financial Conduct Authority (FCA) n’est pas en mesure de garantir que le LIBOR continuera d'exister comme taux de référence après 2021, en raison de la transition vers des taux sans risque.

L’adoption du SARON touche surtout les swaps de taux d'intérêt dont la partie variable est basée sur le LIBOR. Ceux-ci sont toutefois de plus en plus nombreux à se baser sur le SARON, bien que le marché interbancaire se fonde encore largement sur le LIBOR et que, selon les courtiers en swaps, seuls 10 % des swaps en CHF sont actuellement négociés en fonction du SARON. La demande est cependant en constante augmentation.

Nous pensons qu’à l’avenir certains secteurs de l’économie suisse resteront solides, même si les incertitudes géopolitiques pourraient présenter des risques. Au vu d’une faible inflation prévisionnelle, nous nous attendons à ce que la BNS suive de près les autres banques centrales et confirme les perspectives pour les obligations d’entreprise libellées en CHF. L’usage du SARON par la BNS en tant que taux de référence illustre les tendances plus larges des taux sans risque.

 

sources.

Le LIBOR (London interbank offered rate) est un taux de référence omniprésent et peu fiable. La FCA avait déjà annoncé la fin de ce taux en 2017. En février 2019, elle a mis à jour son rapport sur la transition vers des taux de référence sans risque.

2 Le SARON est un taux gagé au jour le jour qui se base sur le segment le plus liquide du marché monétaire en francs suisses.

informations importantes.

À l’usage des investisseurs professionnels uniquement

Lombard Odier Funds (ci-après le « Fonds ») est une société d’investissement à capital variable (SICAV) de droit luxembourgeois. Le Fonds est autorisé et réglementé par la Commission de surveillance du secteur financier (CSSF) en tant qu’organisme de placement collectif en valeurs mobilières (OPCVM) au sens de la Partie I de la loi luxembourgeoise du 17 décembre 2010 transposant la directive européenne 2009/65/CE, telle que modifiée (la « Directive OPCVM »). La société de gestion du Fonds est Lombard Odier Funds (Europe) S.A. (ci-après la « Société de gestion »), une société anonyme (SA) de droit luxembourgeois, ayant son siège social 291, route d’Arlon, 1150 Luxembourg, Grand-Duché de Luxembourg, autorisée et réglementée par la CSSF en qualité de société de gestion au sens de la Directive européenne 2009/65/CE, telle que modifiée. Le présent document commercial porte sur « Convertible Bond », un compartiment de Lombard Odier Funds (ci-après le « Compartiment »).

Le présent document commercial a été préparé par Lombard Odier Asset Management (Europe) Limited. Le prospectus, les statuts, les documents d’informations clés pour l’investisseur, le formulaire de souscription, ainsi que les derniers rapports annuels et semestriels sont les seuls documents d’offre officiels à considérer dans le cadre de la vente des parts du Compartiment (ci-après les « Documents d’offre »). Les Documents d’offre sont disponibles en anglais, français, allemand et italien sur www.loim.com et peuvent être obtenus sur demande et sans frais au siège social du Compartiment au Luxembourg : 291 route d’Arlon, 1150 Luxembourg, Grand-Duché de Luxembourg.

Les informations fournies dans ce document commercial ne tiennent pas compte de circonstances, objectifs ou besoins spécifiques individuels. Elles ne constituent pas une analyse selon laquelle un investissement ou une stratégie conviendraient ou seraient appropriés à des circonstances personnelles. Elles n’offrent aucune garantie relative à un investissement ou une stratégie et ne constituent en rien un conseil personnalisé en investissement. Ce document de marketing n’est pas destiné à remplacer un conseil professionnel en investissement dans des produits financiers. Avant de réaliser un investissement dans le Compartiment, tout investisseur se doit de lire l’intégralité des Documents d’offre, et en particulier les facteurs de risques liés à un investissement dans le Compartiment. Nous tenons à attirer l’attention de l’investisseur sur le fait que l’obtention de rendements solides est conditionnée par la détention sur le long terme des titres, à savoir sur l’ensemble du cycle économique, et sur le fait que l’utilisation d’instruments financiers dérivés, dans le cadre de la stratégie d’investissement, peut entraîner une hausse de l’effet de levier et accroître l’exposition globale au risque du Compartiment, ainsi que la volatilité de sa valeur nette d’inventaire. Il incombe aux investisseurs de vérifier si un tel placement est adapté à leur profil de risque ainsi qu’à leur situation personnelle et, si nécessaire, d’obtenir un avis professionnel indépendant quant aux risques et aux conséquences juridiques, réglementaires, fiscales, comptables et en matière de crédit. La réalisation de l’objectif d’investissement du Compartiment ne peut être garantie et il ne peut être promis qu’un retour sur investissement sera dégagé. Les performances passées ne constituent pas un indicateur fiable de performance future. Lorsque le Compartiment est libellé dans une monnaie autre que la monnaie de référence de l’investisseur, les variations des taux de change peuvent avoir un impact négatif sur la valeur des titres et les revenus. Veuillez prendre en compte les facteurs de risque. Les informations et les analyses contenues dans le présent document commercial sont basées sur des sources considérées comme fiables. Lombard Odier met tout en oeuvre pour assurer l’actualité, l’exactitude et l’exhaustivité des informations contenues dans le présent document commercial. Cependant, toutes les informations et opinions exprimées ici, ainsi que les cours, les valorisations de marché et les calculs indiqués, peuvent être modifiées sans préavis. Source des chiffres : sauf mention contraire, les chiffres sont fournis par Lombard Odier Asset Management (Europe) Limited. Le traitement fiscal dépend de la situation individuelle de chaque client et est susceptible d’évoluer avec le temps. Lombard Odier ne fournit pas de conseil fiscal et il appartient à chaque investisseur de consulter ses propres conseillers fiscaux.

Le présent document commercial ne peut être reproduit (en totalité ou en partie), transmis, modifié ou utilisé à des fins publiques ou commerciales sans l’accord écrit préalable de Lombard Odier. © 2019 Lombard Odier IM. Tous droits réservés.