investment viewpoints

Mesurer l’alignement climatique, une température après l’autre

Mesurer l’alignement climatique, une température après l’autre
Thomas Höhne-Sparborth, PhD - Head of Sustainability Research

Thomas Höhne-Sparborth, PhD

Head of Sustainability Research
Elise Beaufils - Deputy Head of Sustainability Research

Elise Beaufils

Deputy Head of Sustainability Research
Barthelemy Simon - Quantitative Analyst

Barthelemy Simon

Quantitative Analyst

 

Les stratégies d’investissement dans la décarbonisation revêtent de multiples réalités sur le marché. La construction d’un portefeuille de sociétés visant le « net-zéro » requiert l’analyse de spécialistes même si les normes industrielles font encore défaut. Quelle est la méthode d’alignement de la température utilisée par LOIM permettant de distinguer les entreprises qui empruntent des trajectoires de décarbonisation crédibles et ambitieuses de celles qui prennent du retard ?

 

Points clés :

  • Pour élaborer nos stratégies de décarbonisation, nous avons conçu un outil propriétaire de mesure de la hausse implicite de la température (« Implied Temperature Rise » ou ITR), qui nous permet d’évaluer l’alignement d’une entreprise ou d’un portefeuille sur les objectifs de l’Accord de Paris. La méthodologie ITR répond à la question suivante : si l’économie mondiale se comportait comme un portefeuille d’investissement, quel serait le niveau probable de réchauffement climatique ?
  • Grâce à l’ITR, nous comparons deux sociétés agroalimentaires pour illustrer à quel point deux trajectoires de décarbonisation prévisionnelles peuvent différer au sein d’un même secteur. Ce processus nous permet d’identifier les sociétés qui méritent une place dans nos stratégies TargetNetZero en actions, obligations et obligations convertibles
  • Au lieu de simplement exclure les émetteurs polluants, notre approche prospective nous permet de donner la priorité aux réductions d’émissions en investissant dans les entreprises en cours de décarbonisation dans l’ensemble de l’économie, ce qui élargit l’éventail des opportunités et optimise la diversification

 

Evaluer l’exposition au climat

Le changement climatique modifie profondément l’univers d’investissement à mesure que nous progressons dans notre transition vers une économie neutre en carbone. Toutefois, évaluer l’exposition au climat d’une entreprise est complexe. De nombreux problèmes découlent du manque de données divulguées par les sociétés et de la pléthore de normes industrielles.

Chez LOIM, nous avons conçu un outil prospectif baptisé ITR qui nous permet d’évaluer l’alignement d’une société (ou d’un portefeuille) sur les objectifs de l’Accord de Paris visant à contenir la hausse de la température mondiale bien en dessous de 2° C. L’ITR compare les émissions historiques et prévues d’une société ou d’un portefeuille par rapport au budget carbone alloué à son secteur et à sa région pour maintenir l’élévation de la température mondiale en dessous de 2° C. Il analyse si les émissions prévues pour une société augmentent, restent stables ou diminuent et, le cas échéant, si elles diminuent assez rapidement. A partir de ces données, nous attribuons une note d’alignement de la température, qui nous indique le niveau de réchauffement global qui serait enregistré si tous les acteurs économiques géraient leurs émissions avec le même niveau d’ambition que cette société ou ce portefeuille.

Avec cette mesure, notre objectif est simple : concevoir des stratégies TargetNetZero dans différentes classes d’actifs pour optimiser les opportunités et réduire les risques liés au climat au sein d’une économie mondiale en cours de décarbonisation. Au lieu d’exclure systématiquement les entreprises dont les émissions de carbone sont très élevées, notre approche cherche plutôt à identifier les sociétés qui opèrent une transition rapide dans les secteurs économiques vitaux en empruntant des trajectoires de décarbonisation crédibles. Il s’agit surtout d’atténuer les risques liés à la transition, en reconnaissant que seule la décarbonisation de l’ensemble de l’économie peut nous permettre d’atteindre un avenir « net-zéro » et en allouant des capitaux aux entreprises les plus aptes à opérer leur transition.

 

Qu’est-ce que l’outil ITR ?

Notre analyse ITR commence par définir précisément le rythme auquel chaque secteur peut et doit se décarboner dans le contexte de la transition vers une économie neutre en carbone. Les normes de décarbonisation varient selon le secteur et la région. Dans certains secteurs, comme l’électricité, toutes les technologies nécessaires à la décarbonisation sont déjà viables. Dans d’autres secteurs, comme l’industrie chimique, les nouvelles technologies n’ont pas encore été commercialisées. Ces facteurs influencent l’organisation et le rythme de la décarbonisation requise au sein de chaque secteur. En d’autres termes, le processus de décarbonisation devrait être plus rapide et plus prononcé dans le secteur de l’électricité que dans l’industrie chimique.

Nous analysons ensuite le cas de chaque société et projetons une estimation de ses émissions futures. Cette projection se base sur la récente tendance de ses émissions de carbone, ses objectifs de décarbonisation, ainsi que la crédibilité de ses engagements, stratégies et plans financiers. Ces facteurs nous permettent d’évaluer si les émissions d’une société sont censées diminuer en phase avec les indicateurs de décarbonisation spécifiques à son secteur.

Le graphique ci-dessous compare les émissions prévues d’une société avec les normes de décarbonisation de différents secteurs. Si cette société faisait partie du secteur industriel, sa trajectoire de décarbonisation serait supérieure à celle de son secteur. Elle serait alors considérée comme un leader de la décarbonisation, qui respecte les objectifs de l’Accord de Paris. En revanche, si cette société était une compagnie d’électricité, sa trajectoire serait inférieure à celle de son secteur. Elle serait alors considérée comme un retardataire de la décarbonisation, qui ne respecte pas les objectifs de l’Accord de Paris.

 

Graphique 1. Trajectoire des émissions de la société X : une illustration comparative

Source : LOIM. A titre indicatif uniquement.

 

La mesure de hausse implicite de température (ITR), exprimée en degrés du réchauffement mondial, évalue :

  • les émissions actuelles et attendues d’une société 
  • l’évolution prévue des émissions absolues d’une société par rapport aux budgets carbone sectoriels et régionaux 
  • le niveau de réchauffement mondial qui en résulterait si chaque société gérait ses émissions avec la même détermination

Au final, l’ITR évalue l’ambition et la crédibilité d’une société concernant son alignement sur les objectifs de décarbonisation définis dans l’Accord de Paris. Elle constitue également une première étape pour décider de la façon dont cette société sera prise en compte dans nos stratégies TargetNetZero en actions, obligations et obligations convertibles.

Comprendre la note d’alignement de la température de toutes les sociétés dans nos portefeuilles permet d’éviter de s’exposer à des actifs bloqués ou irrécupérables, ainsi que d’identifier les opportunités d’investissement les plus intéressantes. Cette analyse prospective nous aide à identifier les sociétés en cours de transition, tous secteurs économiques confondus, ce qui permet d’optimiser la diversification en ne limitant pas nos portefeuilles aux secteurs à faible intensité de carbone. Ce type de sociétés, surtout dans les secteurs difficiles à décarboner, comme l’acier et la construction, sont vitales pour la transition, et leurs progrès peuvent être sous-estimés par le marché, ce qui représente une source d’opportunités pour nos stratégies.

 

Mettre en pratique l’ITR : une comparaison

Deux sociétés du même secteur appliquant des stratégies de décarbonisation différentes peuvent afficher des projections très différentes en ce qui concerne leurs émissions. Il est ainsi possible de distinguer les sociétés qui méritent leur place au sein d’un portefeuille aligné sur les objectifs climatiques de celles qui ne la méritent pas.

Prenons un exemple dans le secteur agroalimentaire. La société A affiche une mesure ITR de 5,4°C. Autrement dit, elle ne serait pas classée parmi les sociétés alignées sur les objectifs climatiques. Nous la qualifierons de « bûche brûlante », car elle serait capable de réchauffer un portefeuille en l’absence d’un plan de décarbonisation crédible.

La société B affiche une mesure ITR nettement plus basse de 1,6°C. Il est prévu qu’elle atteigne les objectifs de l’Accord de Paris. Autrement dit, elle serait classée parmi les sociétés alignées sur les objectifs climatiques dans nos portefeuilles. Nous la qualifierons de « glaçon », car elle refroidirait le portefeuille en empruntant une trajectoire crédible vers le « net-zéro ».

D’une manière générale, nous orientons nos investissements vers les glaçons afin d’identifier, au sein d’un même secteur, les sociétés dont les émissions sont inférieures au budget carbone de leur secteur et qui offrent le meilleur potentiel de décarbonisation. Nos portefeuilles TargetNetZero incluent des entreprises qui visent déjà la neutralité carbone d’ici 2050, ainsi que des entreprises qui ne se sont pas fixé d’objectif en la matière, mais qui peuvent progressivement être amenées à s’y conformer par le biais de mesures réglementaires, de l’engagement des investisseurs et de l’évolution des marchés.

 

Pourquoi est-il nécessaire d’adopter une approche prospective ?

Même si une empreinte carbone est, à l’heure actuelle, une mesure utile des émissions d’une société, elle est statique. Elle ne parvient donc pas à quantifier la réussite de la décarbonisation d’une société, ni le succès à venir de sa transition vers une économie neutre en carbone. Un outil plus prospectif et sophistiqué, comme l’ITR, s’avère nécessaire.

Utiliser la mesure ITR d’une société en tant que norme permet de ne pas systématiquement exclure les émetteurs polluants. Cette approche d’exclusion provoque souvent l’élimination de secteurs entiers à forte intensité carbone, à savoir les secteurs précis où le besoin de réduire les émissions est le plus pressant pour atteindre le « net-zéro » et où fleurissent les opportunités d’investissement les plus prometteuses.

En envisageant l’avenir, l’ITR nous permet de construire des portefeuilles axés sur une véritable décarbonisation, tous secteurs confondus, grâce à des investissements dans des sociétés qui empruntent des trajectoires de décarbonisation crédibles, quelle que soit leur empreinte carbone actuelle. Au final, notre approche TargetNetZero utilise la mesure implicite de hausse de température - ITR - pour aider les investisseurs à se décarboner, diversifier et faire avancer la transition.

Apprenez-en davantage sur vos stratégies TargetNetZero.

informations importantes.

Réservé aux investisseurs professionnels

Le présent document a été publié par Lombard Odier Asset Management (Europe) Limited, société agréée et réglementée par la Financial Conduct Authority (FCA), et enregistrée sous le numéro 515393 dans le registre de la FCA. Ce document est approuvé à la date de sa publication.
Lombard Odier Investment Managers (« LOIM ») est un nom commercial.
Ce document est fourni à titre d’information uniquement et ne constitue pas une offre ou une recommandation d’acquérir ou de vendre un titre ou un service quelconque. Il n’est pas destiné à être distribué, publié ou utilisé dans une juridiction où une telle distribution, publication ou utilisation serait illégale. Ce document ne contient pas de recommandations ou de conseils personnalisés et n’est pas destiné à remplacer un quelconque conseil professionnel sur l’investissement dans des produits financiers. Avant d’effectuer une quelconque transaction, il est conseillé à l’investisseur de vérifier minutieusement si elle est adaptée à sa situation personnelle et, si nécessaire, d’obtenir un avis professionnel indépendant quant aux risques et aux conséquences juridiques, réglementaires, fiscales, comptables ainsi qu’en matière de crédit. Ce document est la propriété de LOIM et est adressé à son destinataire pour son usage personnel exclusivement. Il ne peut être reproduit (en partie ou dans son intégralité), transmis, modifié ou utilisé dans un autre but sans l’accord écrit préalable de LOIM. Ce document contient les opinions de LOIM, à la date de publication.
La réglementation britannique sur la protection des clients particuliers au Royaume-Uni et les indemnisations définies dans le cadre du Financial Services Compensation Scheme ne s’appliquent pas aux investissements ou aux services fournis par une personne à l’étranger (« overseas person »). Un résumé des droits des investisseurs et des informations sur l’intégration des risques liés à la durabilité sont disponibles à l’adresse : https://am.lombardodier.com/fr/home/asset-management-regulatory-disc.html.
Ni ce document ni aucune copie de ce dernier ne peuvent être envoyés, emmenés ou distribués aux Etats-Unis, dans l’un de leurs territoires, possessions ou zones soumises à leur juridiction, ni à une personne américaine ou dans l’intérêt d’une telle personne. A cet effet, l’expression « Personne américaine » désigne tout citoyen, ressortissant ou résident des Etats-Unis d’Amérique, toute association organisée ou existant dans tout Etat, territoire ou possession des Etats-Unis d’Amérique, toute société organisée en vertu des lois des Etats-Unis ou d’un Etat, d’un territoire ou d’une possession des Etats-Unis, ou toute succession ou tout trust dont le revenu est imposable aux Etats-Unis, quelle qu’en soit l’origine.
Source des chiffres : sauf indication contraire, les chiffres mentionnés ont été préparés par LOIM.
Bien que certaines informations aient été obtenues de sources publiques jugées fiables, sans vérification indépendante, nous ne pouvons garantir ni leur exactitude ni leur exhaustivité.
Les avis et opinions exprimés le sont uniquement à titre d’information et ne constituent pas une recommandation de LOIM d’acheter, de vendre ou de détenir un titre quelconque. Les avis et opinions sont actuels à la date de cette présentation et sont susceptibles de changer. Ils ne doivent pas être interprétés comme des conseils en investissement.
Aucune partie de ce document ne saurait être (i) copiée, photocopiée ou reproduite sous quelque forme et par quelque moyen que ce soit, ou (ii) distribuée à toute autre personne qu’un employé, cadre, administrateur ou agent autorisé du destinataire sans l’accord préalable de Lombard Odier Asset Management (Europe) Limited. Au Royaume-Uni, ce document constitue une promotion financière et a été approuvé par Lombard Odier Asset Management (Europe) Limited, qui est autorisée et supervisée par la FCA. ©2023 Lombard Odier IM. Tous droits réservés.