white papers

Growth addiction and tightening cycles: learning from the dot.com bubble

Growth addiction and tightening cycles: learning from the dot.com bubble
Didier Rabattu - Head of Equities

Didier Rabattu

Head of Equities
Pascal Menges - Head of Equity Investment Process and Research, Client Portfolio Manager

Pascal Menges

Head of Equity Investment Process and Research, Client Portfolio Manager

At a glance

  • Equity market are currently characterised by a focus on growth companies to an extent that echoes the dot.com bubble. This is evident from the recent outperformance of the growth factor, an unusual historical pattern. In addition, in the US, top growth companies represent 25% of the current market, close to the 30% peak of 1999, and above long-term average of 20%.

  • We also find that this focus on growth tends to favour companies that do not self-fund their growth and are highly reliant on external financing to achieve their financial equilibrium, through either equity raises or debt. In the US, poorly-funded companies account for almost 40% of top growth companies, similar to the situation in 1999.  

  • Back in 2000-2001, an abrupt closing of access to finance market for these unfunded growth-focused companies triggered the ‘dot.com’ burst. Tightening monetary policies was a material trigger, in our view. Fed effective interest rates moved up by about 200bps from 1999 to 2000, the yield curve started to invert, while headline inflation rose from 1.5% to 4%. The proportion of high growth companies in the US equity market more than halved, down to 10%.

  • Current debates on the nature of inflation – whether it is transitory or structural – and the central banks’ reaction is critical as it could potentially lead to a 2000-01 funding-type crunch. True, the situation today is different as while spot inflation is at a similar level to where it was in 2000, current interest rates are 400-500bps lower. A funding crunch would take us from the current historically unique context of very negative real interest rate (-300-400bps) towards positive real interest rates. A ‘policy mistake’ that overly tightens monetary conditions, while inflation and growth eventually recede, could lead to such a scenario. We recognise that the  situation remains fluid and that a strong tightening cycle is not yet a given. Indeed, monetary conditions could remain overly accommodative (and real cost of capital still negative) as central banks may worry far too long about making a ‘policy mistake’. 

  • In our view, in such an environment, investors might still be willing to capture growth opportunities but they need to be wary of tightening conditions. Therefore, it makes sense to adopt a barbell approach when it comes to portfolio construction. The current focus on unfunded growth has left behind many lower-growth quality companies that are cheap (which we term ‘DEER1 companies’  in our framework). These companies tend to outperform strongly during a rising rate environment. In parallel, focusing on growth companies that can self-fund their growth would allow investors to continue to participate in the growth-party with a much diminished drawdown risk.

  • We have adopted this approach across our equity product range. Our strategies (regional/thematic) focus on companies that can grow above indices with a more resilient funding profile, and structurally generate attractive excess economic returns overtime. For example, our global strategies (Natural Capital, Climate Transition, World Brands, Golden Age, FinTech,) or regional strategies (Asia High Conviction, Europe and Swiss Small & Mid Caps, Emerging High Conviction) all share these characteristics of higher growth and higher quality than reference indices.

Sources : 1  DEER=discounted Excess Economic Returns (LOIM’s definition of attractively priced quality companies)

informations importantes.

À l’usage des investisseurs professionnels uniquement
Le présent document a été publié par Lombard Odier Funds (Europe) S.A., société anonyme (SA) de droit luxembourgeois, ayant son siège social sis 291, route d’Arlon, 1150 Luxembourg, agréée et réglementée par la CSSF en tant que Société de gestion au sens de la directive 2009/65/CE, telle que modifiée, et au sens de la directive 2011/61/UE sur les gestionnaires de fonds d’investissement alternatifs (directive GFIA). La Société de gestion a pour objet la création, la promotion, l’administration, la gestion et la commercialisation d’OPCVM luxembourgeois et étrangers, de fonds d’investissement alternatifs (« FIA ») et d’autres fonds réglementés, d’organismes de placement collectif ou d’autres véhicules d’investissement, ainsi que l’offre de services de gestion de portefeuille et de conseil en investissement.
Lombard Odier Investment Managers (« LOIM ») est un nom commercial.
Ce document est fourni à titre d’information uniquement et ne constitue pas une offre ou une recommandation d’acquérir ou de vendre un titre ou un service quelconque. Il n’est pas destiné à être distribué, publié ou utilisé dans une quelconque juridiction où une telle distribution, publication ou utilisation serait illégale. Ce document ne contient pas de recommandations ou de conseils personnalisés et n’est pas destiné à remplacer un quelconque conseil professionnel sur l’investissement dans des produits financiers. Avant de conclure une transaction, l’investisseur doit examiner avec soin si celle-ci est adaptée à sa situation personnelle et, si besoin, obtenir des conseils professionnels indépendants au sujet des risques, ainsi que des conséquences juridiques, réglementaires, financières, fiscales ou comptables. Ce document est la propriété de LOIM et est adressé à son destinataire pour son usage personnel exclusivement. Il ne peut être reproduit (en totalité ou en partie), transmis, modifié ou utilisé dans un autre but sans l’accord écrit préalable de LOIM. Ce document contient les opinions de LOIM, à la date de publication.
Ni ce document ni aucune copie de ce dernier ne peuvent être envoyés, emmenés ou distribués aux États-Unis, dans l’un de leurs territoires, possessions ou zones soumises à leur juridiction, ni à une personne américaine ou dans l’intérêt d’une telle personne. À cet effet, l’expression « Personne américaine » désigne tout citoyen, ressortissant ou résident des États-Unis d’Amérique, toute association organisée ou existant dans tout État, territoire ou possession des États-Unis d’Amérique, toute société organisée en vertu des lois des États-Unis ou d’un État, d’un territoire ou d’une possession des États-Unis, ou toute succession ou trust soumis dont le revenu est imposable aux États-Unis, qu’en soit l’origine.
Source des chiffres : sauf mention contraire, les chiffres sont fournis par LOIM.
Bien que certaines informations aient été obtenues auprès de sources publiques réputées fiables, sans vérification indépendante, nous ne pouvons garantir leur exactitude ni l’exhaustivité de toutes les informations disponibles auprès de sources publiques.
Les avis et opinions sont exprimés à titre indicatif uniquement et ne constituent pas une recommandation de LOIM pour l’achat, la vente ou la détention de quelque titre que ce soit. Les avis et opinions sont donnés en date de cette présentation et sont susceptibles de changer. Ils ne devraient pas être interprétés comme des conseils en investissement.
Aucune partie de ce document ne saurait être (i) copiée, photocopiée ou reproduite sous quelque forme et par quelque moyen que ce soit, ou (ii) distribuée à toute personne autre qu’un employé, cadre, administrateur ou agent autorisé du destinataire sans l’accord préalable de Lombard Odier Funds (Europe) S.A. Au Luxembourg, ce document est utilisé à des fins marketing et a été approuvé par Lombard Odier Funds (Europe) S.A., qui est autorisée et réglementée par la CSSF.
© 2021 Lombard Odier IM. Tous droits réservés.