global perspectives

Que se passe-t-il lorsque le dividende démographique devient déficitaire ?

Que se passe-t-il lorsque le dividende démographique devient déficitaire ?
Henk Grootveld - Head of Trends Investing

Henk Grootveld

Head of Trends Investing
Pascal Menges - Head of Equity Investment Process and Research, Client Portfolio Manager

Pascal Menges

Head of Equity Investment Process and Research, Client Portfolio Manager

Le dividende démographique qui a jeté les bases de tant de progrès économiques au cours des six dernières décennies est terminé. Il laissera place à un déficit démographique qui durera les 60 prochaines années. La diminution de la main-d’œuvre dans les plus grandes économies aura d’importantes répercussions économiques. Elle agira sur l’inflation, appellera à la mise en œuvre urgente de réformes du système de santé et des retraites et contraindra les sociétés à s’adapter.  

 

Il faut s’attendre à une inflation structurellement plus élevée...

Le vieillissement de la population agit sur l’inflation de deux manières. Premièrement, la diminution de la main-d’œuvre altère l’équilibre entre production et consommation : ce dernier n’obéit plus au schéma classique, où les personnes actives produisent plus qu’elles ne consomment et les personnes non actives consomment plus qu’elles ne produisent. Deuxièmement, la diminution de la main-d’œuvre fait baisser la réserve de travailleurs dans l’économie – alors que le vieillissement démographique entraîne simultanément une hausse de la demande de main-d’œuvre dans des secteurs des services comme la santé.

Compte tenu du solide réservoir de main-d’œuvre et des hauts niveaux d’épargne constitués au cours des dernières décennies, le dividende démographique est devenu une force déflationniste. Qui plus est, les prix de nombreux biens de consommation et services ont baissé, ou ont du moins été contenus par la conjugaison des phénomènes de mondialisation et de numérisation. Ces trois facteurs – croissance de la main-d’œuvre, numérisation et mondialisation – ont permis aux banques centrales d’abaisser structurellement leurs taux d’intérêt de référence depuis 1980.

Néanmoins, depuis 2020, le dividende démographique est devenu déficitaire, la mondialisation a atteint un pic et la numérisation a réalisé de grandes avancées dans la plupart des secteurs, hormis celui de la santé. C’est pourquoi il est, selon nous, logique d’anticiper une inflation beaucoup plus élevée au cours des prochaines décennies.

 

... à des changements du système de santé...

Vu la demande accrue dans le secteur de la santé et les nombreux obstacles systémiques, les coûts de santé dépassent la croissance du PIB. Si le système de santé ne change pas, les coûts continueront à surpasser la croissance du PIB pour deux raisons liées : le vieillissement des sociétés et l’augmentation du nombre de patients souffrant de maladies chroniques.

La majorité des coûts de santé est liée aux dernières années de vie d’une personne. Or, en raison du vieillissement des sociétés, le nombre de personnes atteignant ce stade augmentera considérablement dans les années à venir. D’autant plus que l’incidence des maladies chroniques a tendance à progresser avec l’âge. Ainsi, en 2019, 60% des adultes aux Etats-Unis souffriront d’une ou plusieurs affections chroniques nécessitant un traitement à vie, et donc onéreux.

Cette hausse des coûts met en exergue la nécessité de solutions digitales. Jusqu’ici, la santé, un secteur conservateur, a beaucoup hésité à adopter les forces disruptives de la digitalisation, même si la technologie de la santé peut permettre d’abaisser les coûts et d’améliorer les résultats des traitements. Dans les secteurs des services aux consommateurs et manufacturiers, la digitalisation a permis de simplifier les processus, d’éliminer les intermédiaires et, surtout, de réduire les coûts. Le système de santé a cruellement besoin d’un tel changement, qui pourrait devenir davantage une priorité à l’avenir.

Le problème des coûts pourrait également être atténué par la promotion de mesures préventives. Si certains gouvernements encourageaient déjà la population à adopter des modes de vie sains avant la pandémie, nombreux sont les pays qui intégreront ces recommandations à l’avenir, dans leurs politiques. Praticiens généralistes, coachs de vie et psychothérapeutes : tous œuvrent à améliorer les modes de vie et à prévenir les maladies liées à l’obésité ou d’autres affections chroniques. Les employeurs en constatent les bénéfices : leurs employés ont tendance à être plus productifs, plus loyaux et à garder leur emploi plus longtemps.

 

... à des réformes des retraites tardives...

Si nous voulons vivre longtemps et prospérer, nos régimes de retraite doivent aussi évoluer. Il existe trois grands régimes de retraite dans le monde : le régime par répartition, le régime à prestations définies et le régime à cotisations définies. Le régime à cotisations définies est de plus en plus considéré comme le futur modèle d’investissement pour la retraite : la charge du financement est transférée de l’Etat vers les entreprises et les particuliers. Il n’empêche que le risque lié au résultat est également intégralement assumé par les individus.

De nombreux gouvernements ont lancé des réformes de leur système de retraite afin d’équilibrer leurs systèmes par répartition. Concrètement, les plans de pension deviennent moins généreux, car les départs à la retraite anticipée sont restreints, les impôts sur les retraites augmentent et l’âge de la retraite est repoussé. Faire reculer l’âge de la retraite est une approche appropriée dans la mesure où il avait été fixé à 65 ans il y a plus d’un siècle, tandis que l’espérance de vie a augmenté de quasiment 50 ans et poursuit son ascension grâce aux progrès scientifiques réalisés dans le secteur de la santé.  En 2019-2020, les grèves pour protester contre la réforme des retraites en France ont toutefois montré que la classe moyenne a du mal à accepter de tels changements, qui sont synonymes de suicide politique pour les élus qui les appellent de leurs vœux.

Afin de compenser les retraites étatiques à répartition moins importantes, les gouvernements ont introduit des régimes à cotisations définies dans le cadre desquels les individus investissent en prévision de leur retraite sur un compte individuel exonéré d’impôts et financé par l’employé et l’employeur. Ces régimes qui encouragent l’épargne-retraite privée peuvent compléter voire remplacer les rentes par répartition versées par l’Etat.

De toute évidence, le transfert de responsabilité de la collectivité vers les individus constitue une opportunité de croissance pour les gérants d'actifs, les conseillers financiers, mais aussi pour les éducateurs financiers – non seulement lors de la phase de capitalisation, mais aussi après le départ à la retraite, au moment où leurs actifs sont prélevés et le risque d’investissement diminue.

 

... et à une société plus inclusive.

Les Nations Unies ont qualifié la présente décennie de « Décennie pour le vieillissement en bonne santé ». La société civile doit agir de toute urgence pour s’adapter au vieillissement de la population. Nous devons veiller à ce que les personnes plus âgées soient mieux prises en compte dans les déplacements, dans l’utilisation des équipements et dans les loisirs. Les installations doivent être adaptées dès l’étape de la conception : rampes d’accès, trottoirs plus larges et sans obstacle, meilleures correspondances des transports publics et, potentiellement, infrastructure de conduite autonome. En outre, l’environnement social des villes doit tenir compte des intérêts des personnes âgées et favoriser les interactions entre les générations.

La société civile doit également remédier aux pénuries dans les soins de santé primaires et revaloriser les soins palliatifs et de fin de vie sur fond de hausse des besoins. Afin d’éviter une explosion de la facture totale des soins de santé, l’Organisation mondiale de la santé recommande aux gouvernements de continuer à investir autant que possible dans ces types de soins à domicile pour éviter des hospitalisations coûteuses et inutiles.

informations importantes.

À l’usage des investisseurs professionnels uniquement
Le présent document a été publié par Lombard Odier Funds (Europe) S.A., société anonyme (SA) de droit luxembourgeois, ayant son siège social sis 291, route d’Arlon, 1150 Luxembourg, agréée et réglementée par la CSSF en tant que Société de gestion au sens de la directive 2009/65/CE, telle que modifiée, et au sens de la directive 2011/61/UE sur les gestionnaires de fonds d’investissement alternatifs (directive GFIA). La Société de gestion a pour objet la création, la promotion, l’administration, la gestion et la commercialisation d’OPCVM luxembourgeois et étrangers, de fonds d’investissement alternatifs (« FIA ») et d’autres fonds réglementés, d’organismes de placement collectif ou d’autres véhicules d’investissement, ainsi que l’offre de services de gestion de portefeuille et de conseil en investissement.
Lombard Odier Investment Managers (« LOIM ») est un nom commercial.
Ce document est fourni à titre d’information uniquement et ne constitue pas une offre ou une recommandation d’acquérir ou de vendre un titre ou un service quelconque. Il n’est pas destiné à être distribué, publié ou utilisé dans une quelconque juridiction où une telle distribution, publication ou utilisation serait illégale. Ce document ne contient pas de recommandations ou de conseils personnalisés et n’est pas destiné à remplacer un quelconque conseil professionnel sur l’investissement dans des produits financiers. Avant de conclure une transaction, l’investisseur doit examiner avec soin si celle-ci est adaptée à sa situation personnelle et, si besoin, obtenir des conseils professionnels indépendants au sujet des risques, ainsi que des conséquences juridiques, réglementaires, financières, fiscales ou comptables. Ce document est la propriété de LOIM et est adressé à son destinataire pour son usage personnel exclusivement. Il ne peut être reproduit (en totalité ou en partie), transmis, modifié ou utilisé dans un autre but sans l’accord écrit préalable de LOIM. Ce document contient les opinions de LOIM, à la date de publication.
Ni ce document ni aucune copie de ce dernier ne peuvent être envoyés, emmenés ou distribués aux États-Unis, dans l’un de leurs territoires, possessions ou zones soumises à leur juridiction, ni à une personne américaine ou dans l’intérêt d’une telle personne. À cet effet, l’expression « Personne américaine » désigne tout citoyen, ressortissant ou résident des États-Unis d’Amérique, toute association organisée ou existant dans tout État, territoire ou possession des États-Unis d’Amérique, toute société organisée en vertu des lois des États-Unis ou d’un État, d’un territoire ou d’une possession des États-Unis, ou toute succession ou trust soumis dont le revenu est imposable aux États-Unis, qu’en soit l’origine.
Source des chiffres : sauf mention contraire, les chiffres sont fournis par LOIM.
Bien que certaines informations aient été obtenues auprès de sources publiques réputées fiables, sans vérification indépendante, nous ne pouvons garantir leur exactitude ni l’exhaustivité de toutes les informations disponibles auprès de sources publiques.
Les avis et opinions sont exprimés à titre indicatif uniquement et ne constituent pas une recommandation de LOIM pour l’achat, la vente ou la détention de quelque titre que ce soit. Les avis et opinions sont donnés en date de cette présentation et sont susceptibles de changer. Ils ne devraient pas être interprétés comme des conseils en investissement.
Aucune partie de ce document ne saurait être (i) copiée, photocopiée ou reproduite sous quelque forme et par quelque moyen que ce soit, ou (ii) distribuée à toute personne autre qu’un employé, cadre, administrateur ou agent autorisé du destinataire sans l’accord préalable de Lombard Odier Funds (Europe) S.A. Au Luxembourg, ce document est utilisé à des fins marketing et a été approuvé par Lombard Odier Funds (Europe) S.A., qui est autorisée et réglementée par la CSSF.
© 2021 Lombard Odier IM. Tous droits réservés.