investment viewpoints

    Le cas des actions chinoises

    Le cas des actions chinoises
    Asian Equity team -

    Asian Equity team

    Investment Process Team -

    Investment Process Team

    La Chine est l’un des moteurs de l’économie mondiale et semble bien positionnée pour poursuivre sa croissance, créant ainsi des opportunités potentielles pour les investisseurs avertis.

    Elle est la deuxième puissance économique mondiale et s’est engagée dans une batterie de réformes structurelles destinées à renforcer sa position sur la scène internationale et à transformer le pays en un géant des services et de la technologie.

    Nous pensons que l’économie chinoise repose sur cinq piliers, qui formeront une base solide permettant aux actions chinoises de prospérer dans les années à venir.
     

    La qualité de la croissance chinoise s’améliore

    L’économie chinoise est une puissance mondiale dominante. Il est de plus en plus évident que les autorités chinoises réalisent également des progrès encourageants dans l’amélioration du niveau de vie de ses citoyens, ce qui s’accompagne d’un certain nombre de conséquences positives pour les investisseurs.

    La Chine est également en passe de combler rapidement l’écart avec les économies développées en termes de PIB par habitant, ce qui s’explique par l’efficacité croissante du pouvoir d’achat des consommateurs. Selon le Bureau national des statistiques, le PIB par habitant en Chine a dépassé les 10 000 USD pour la première fois en 2019, ce qui laisse entendre que la consommation totale recèle encore un potentiel de croissance additionnel.

    Il est important de noter que le PIB par habitant en Chine reste inférieur à celui des États-Unis et de l’UE, par exemple, illustrant ce faisant la mesure du potentiel de croissance du pays. 

    La Chine représente à elle seule près de 20 % du produit intérieur brut (PIB) mondial et, bien que l’économie ait souffert des conséquences de la pandémie de COVID-19, les perspectives demeurent prometteuses. Le gouvernement chinois a annoncé plus tôt cette année qu’il ne fixerait pas d’objectif de croissance pour cette année, mais cela représente l’occasion pour le pays de se concentrer davantage sur la qualité de la croissance. 

    L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a récemment souligné le fait que cette décision d’abandonner la fixation d’un objectif de croissance pour 2020 impliquait la fin de l’incitation à la croissance à tout prix et avait plutôt le potentiel de placer l’économie sur une trajectoire plus durable.

    Cette attention portée à la qualité de la croissance gagne du terrain. Par exemple, la Banque populaire de Chine (BPC) et 6 autres agences ont formulé 14 recommandations en faveur d’un système financier « plus écologique », avec des institutions d’investissement spécialisées et des politiques budgétaires favorables. Il convient toutefois de noter que la Chine accueille aujourd’hui 25 % des investissements mondiaux dans les énergies propres. 

     

    L’économie chinoise se diversifie

    La Chine poursuit sa transition d’un modèle économique fortement manufacturier en faveur d’un modèle axé sur les secteurs des services et de la consommation. Depuis 2015, la création annuelle d’emplois est presque exclusivement axée sur les services, soutenue par une main-d’œuvre instruite croissante. 

    La consommation reste le principal moteur de la croissance en Chine et représente près de 60 % de la croissance du PIB en 2019. La croissance tirée par la consommation est généralement considérée comme plus durable parce que la capacité s’ajuste à la demande selon une approche ascendante, par opposition aux mandats émanant d’une approche descendante. 

    En 2019, le total des ventes au détail de biens de consommation a augmenté de 8 % par rapport à l’année précédente accompagné d’une part croissante de ventes en ligne. McKinsey estime que le volume des ventes au détail en ligne de la Chine a atteint 1,5 milliard d’USD en 2019, soit un quart du volume total des ventes au détail du pays. La Chine est également le fleuron mondial du paiement mobile.

    La Chine a pris des mesures proactives pour accélérer la croissance tirée par la consommation grâce à un certain nombre de mesures de relance et des réductions d’impôts. En 2019, la Chine a introduit des réductions de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA), de la taxe postale et de l’impôt sur le revenu (IR) afin de stimuler la demande des ménages et de se protéger contre la menace de tensions commerciales internationales, notamment avec les États-Unis. La Chine a également dévoilé un plan de relance sur deux ans en 2019 visant à stimuler les ventes de biens de consommation.

    La croissance du secteur tertiaire du pays semble se poursuivre et le secteur dispose encore d’une capacité de croissance importante, étant donné que la part du secteur tertiaire dans le PIB de la Chine est inférieure à celle des États-Unis, par exemple. 

     

    La Chine, un géant axé sur la technologie

    La Chine arrive désormais à la deuxième place à l’échelle mondiale en matière de taux d’investissement relatifs à la recherche et au développement. Le pays est déjà en train de consolider sa position de premier géant technologique mondial.

    La Chine a augmenté le montant dévolu aux dépenses de R&D de 0,9 % du PIB en 2000 à 2 % en 2019. La marge de hausse de cette allocation est considérable, compte tenu surtout du plan « Made in China 2025 », qui met fortement l’accent sur l’innovation technologique.

    Le pays est également en bonne position pour développer son secteur technologique. Plus de 800 millions de personnes utilisent Internet, soit 60 % de la population totale de la Chine. À titre de comparaison, les États-Unis estiment qu’ils comptent 293 millions d’internautes. Proportionnellement, la concentration des utilisateurs est plus forte aux États-Unis, puisque les 293 millions d’internautes représentent 89 % de leur population totale. Mais cela révèle la capacité dont dispose la Chine sur ce front, ce qui constitue un signe encourageant. La Chine compte également 817 millions de personnes qui utilisent Internet sur leur mobile et 583 millions de personnes ayant recours aux paiements mobiles. 

    Aujourd’hui, la Chine accueille 8 des 20 plus grandes sociétés de l’internet du monde, juste derrière les États-Unis, qui en comptent 12. En termes de financements de démarrage (start-up investment), le pays arrive en deuxième position, juste après les États-Unis. Nous pensons que la Chine conservera son statut de géant de la technologie, en particulier à la lumière des engagements pris au plus haut niveau pour rester à la pointe des avancées technologiques telles que l’intelligence artificielle.

     

    Les Millenials et la classe moyenne

    La croissance rapide des Millenials et de la classe moyenne transforme la société et les modes de consommation en Chine.

    L’OECD estime que, d’ici une dizaine d’années, la classe moyenne chinoise comptera 370 millions de personnes supplémentaires, ce qui portera le total à 1,2 milliard. Le pouvoir d’achat de la classe moyenne devrait doubler sur la même période et atteindre 14 500 milliards d’USD.

    Une mutation générationnelle est également en cours et aura un impact de long terme sur la demande et les modes de consommation. La population totale de la Chine avoisine actuellement les 1,4 milliard d’habitants, dont 351 millions de Millenials. Non seulement cette population est nettement plus importante qu’aux États-Unis – où environ 73 millions de personnes sont considérées comme appartenant aux Millenials – mais elle est aussi plus importante que la population totale des États-Unis.

    Ces deux catégories sont associées à une augmentation du pouvoir d’achat plébiscité par un niveau de revenu disponible plus élevé. Cela a d’énormes répercussions sur les modes de consommation, et ce pour de multiples raisons. Une étude récente a par exemple révélé qu’environ 70 % des Millenials ont indiqué qu’ils prévoyaient d’augmenter leur consommation de produits et services de luxe à l’avenir. Environ 45 % ont indiqué qu’il était essentiel de posséder au moins un article de designer. Les dépenses intérieures globales pour les produits de luxe ont augmenté de 13 % entre 2016 et 2018, contre une hausse de 7 % entre 2014 et 2016, selon PwC. Les besoins et les désirs de cette population sont susceptibles de présenter une série d’opportunités d’investissement attractives.

     

    La Chine est encore sous-représentée dans les indices et est une terre d’opportunités fondamentale

    Bien que la Chine soit la deuxième puissance économique de la planète, elle est clairement sous-représentée dans les indices boursiers mondiaux, ce qui constitue un paysage potentiellement attractif pour la sélection de titres.

    Un examen de la capitalisation boursière mondiale, répartie par zones géographiques, montre que la Chine représente 15 % du marché, ce qui est presque équivalent à la totalité de la capitalisation du marché européen. Toutefois, l’indice MSCI AC World Index, un indice de référence mondial clé, attribue toujours à la Chine une pondération de 5 %. 

    La Chine offre un certain nombre d’opportunités fondamentales. Par exemple, les actions chinoises et américaines ont toutes deux une exposition similaire aux opportunités d’investissement dans des secteurs à fort potentiel de croissance tels que l’espace numérique. Aux États-Unis et en Chine, plus de 40 % du marché est attribué à des fournisseurs de médias et de divertissement, de commerce électronique, de télécommunications, de matériel informatique et de logiciels. 

     

    Conclusion

    L’essor de la Chine a créé un large éventail d’opportunités pour les investisseurs dans des thèmes clés comme la croissance du secteur tertiaire et l’accélération de la croissance alimentée par la consommation. Nous pensons que la Chine est soutenue par des fondamentaux solides et qu’elle a la capacité de poursuivre sa croissance, ce qui plaide en faveur des actions chinoises en particulier.

    informations importantes.

    Le présent document a été émis par Lombard Odier Funds (Europe) S.A., société anonyme de droit luxembourgeois, dont le siège social est situé au 291, route d'Arlon, L-1150 Luxembourg. La société est autorisée et réglementée par la Commission de Surveillance du Secteur Financier (CSSF) en qualité de Société de gestion au sens de la Directive européenne 2009/65/CE (telle qu’amendée) et la Directive européenne 2011/61/UE sur les gestionnaires de fonds d’investissement alternatifs (Directive AIFM). Les objectifs de la Société de gestion sont la création, la promotion, l’administration, la gestion et le marketing d’OPCVM, de fonds d’investissement alternatifs (AIF), d’autres fonds réglementés, de véhicules de placement collectif ou d’autres véhicules luxembourgeois et étrangers, ainsi que l’offre de services de gestion de portefeuille et de conseil en investissement.
    Lombard Odier Investment Managers (« LOIM ») est un nom commercial.
    Ce document est fourni exclusivement à des fins d’information et ne constitue pas une offre ou une recommandation d’achat ou de vente d’une valeur mobilière ou d’un service. Il n’est pas destiné à être distribué, publié ou utilisé dans une juridiction où une telle distribution, publication ou utilisation serait illégale. Ce document ne contient pas de recommandations ou de conseils personnalisés et n'est pas destiné à remplacer des conseils professionnels au sujet d’investissements dans des produits financiers. Avant de conclure une transaction, l’investisseur doit examiner avec soin si celle-ci est adaptée à sa situation personnelle et, si besoin, obtenir des conseils professionnels indépendants au sujet des risques, ainsi que des conséquences juridiques, réglementaires, financières, fiscales ou comptables. Ce document est la propriété de LOIM et est adressé à son destinataire pour son usage personnel exclusivement. Il ne peut être reproduit (en partie ou dans son intégralité), transmis, modifié ou utilisé dans un autre but sans l’accord écrit préalable de LOIM. Ce document contient les opinions de LOIM à la date de publication.
    Ni le présent document, ni une copie de celui-ci ne peuvent être envoyés, amenés ou distribués aux États-Unis d’Amérique, dans l’un de leurs territoires, possessions ou zones soumis à leur juridiction, ou à l’attention ou dans l’intérêt d’un ressortissant américain (US Person). À cet effet, le terme « ressortissant » désigne tout citoyen, ressortissant ou résident des États-Unis d’Amérique, tout partenariat organisé ou existant dans un État, territoire ou possession des États-Unis d’Amérique, toute société de capitaux soumise au droit des États-Unis d’Amérique ou d’un État, territoire ou possession des États-Unis d’Amérique, ou toute propriété ou tout trust soumis à l’impôt fédéral des États-Unis d’Amérique, quelle que soit la source de ses revenus.
    Source des chiffres : sauf mention contraire, les chiffres sont fournis par LOIM.
    Bien que certaines informations proviennent de sources publiques réputées fiables, en l’absence de vérification indépendante, nous ne pouvons garantir leur exactitude et leur exhaustivité.
    Les avis et opinons sont exprimés à titre informatif uniquement et ne constituent pas une recommandation de LOIM pour l'achat, la vente ou la détention de quelque titre que ce soit. Les avis et opinions sont exprimés en date de cette présentation et sont susceptibles de changer. Ils ne doivent pas être interprétés comme des conseils en investissement.
    Aucune partie de ce document ne saurait être (i) copiée, photocopiée ou reproduite sous quelque forme que ce soit ou (ii) distribuée à toute personne autre qu’un employé, cadre, administrateur ou agent autorisé du destinataire sans l’accord préalable de Lombard Odier Funds (Europe) S.A. © 2020 Lombard Odier IM. Tous droits réservés.