investment viewpoints

    La biodiversité à l’ordre du jour du G7

    La biodiversité à l’ordre du jour du G7
    Christopher Kaminker, PhD - Group Head of Sustainable Investment Research, Strategy & Stewardship

    Christopher Kaminker, PhD

    Group Head of Sustainable Investment Research, Strategy & Stewardship
    Thomas Höhne-Sparborth, PhD - Head of Sustainability Research

    Thomas Höhne-Sparborth, PhD

    Head of Sustainability Research
    Michael Urban, PhD - Deputy Head of Sustainability Research

    Michael Urban, PhD

    Deputy Head of Sustainability Research

    Des vaccins au changement climatique en passant par l’impôt mondial sur les sociétés, le récent sommet du G7 s’est penché sur des questions socio-économiques mondiales cruciales à court et à long terme et a notamment lancé un appel à l’action sans précédent pour la préservation de la biodiversité.

    Les pays du G7 (les États-Unis, le Canada, le Japon, le Royaume-Uni, la France, l’Allemagne et l’Italie) considèrent que la perte de biodiversité et le changement climatique sont  intrinsèquement liés, se renforcent mutuellement et constituent des menaces existentielles d’égale importance pour les populations et la planète. Reconnaissant leur contribution au déclin de la biodiversité, ils se sont engagés à jouer un rôle clé dans sa restauration et sa conservation. Bien que le changement climatique fasse partie intégrante des plans d’action du G7, c’est la première fois que le sujet est abordé dans ce cadre, ce qui souligne l’importance accrue du capital naturel et de la perte de biodiversité dans l’agenda mondial en 2021.  

     

    Le TNFD et le pacte G7 Nature Compact

    Parallèlement à son appel aux entreprises pour qu’elles rendent compte des risques climatiques conformément au Groupe de travail sur la divulgation de renseignements sur les risques financiers liés au climat (Task Force on Climate-related Financial Disclosures, TCFD), lancée en 2015, le G7 a insisté sur la nécessité d’établir un cadre de transparence similaire pour la nature et a approuvé la Taskforce on Nature-related Financial Disclosures (TNFD, Groupe de travail sur la divulgation de renseignements sur les risques financiers liés au climat). 

    Le TNFD est une initiative mondiale créée en 2020 qui vise à fournir au secteur de la finance une vue d’ensemble des risques environnementaux. Il fournit des orientations aux entreprises afin qu’elles puissent produire des rapports et agir sur les risques liés à la nature, qui sont en constante évolution.1

    En outre, afin de soutenir l’avènement de véritables résultats tangibles favorables à la nature lors de la prochaine Convention sur la diversité biologique (COP15) à Kunming et de la COP26 à Glasgow plus tard dans l’année, le groupe a élaboré le Pacte « G7 2030 Nature Compact » pour aider à inverser la tendance à l’appauvrissement de la biodiversité d’ici 2030. Les mesures sont réparties sur quatre piliers (voir Illustration 1).

    Nous attendons avec impatience la tenue de la COP15 à l’occasion de laquelle tout ou partie de ces engagements pourront être définis plus précisément et discutés avec un public plus large. Nous espérons que cela mènera à un pacte mondial sur la préservation de la biodiversité, similaire à l’Accord de Paris sur la lutte contre le changement climatique. 

     

    ILL. 1. Les quatre piliers du Pacte G7 2030 Nature Compact

    Source : G7 2030 Nature Compact, juin 2021.

    La nature, un pilier de l’économie

    Chez LOIM, nous soutenons la percée du mouvement de préservation de la biodiversité dans l’agenda politique ; nous nous réjouissons donc que les dirigeants des principales économies développées se soient engagés à prendre des mesures. Étant donné que plus de 50 % du PIB mondial dépend modérément ou fortement des services écosystémiques fournis par le capital naturel2, notre prospérité et notre bien-être reposent sur une relation durable avec la nature. Par exemple, chaque année :

    •    les arbres et autres végétaux terrestres convertissent 11 milliards de tonnes de dioxyde de carbone en matière végétale et en oxygène grâce à la photosynthèse, ce qui permet d’éliminer et de stocker l’équivalent de 27 % des émissions de carbone d’origine humaine ;3 
    •    les abeilles pollinisent gratuitement des cultures rapportant jusqu’à USD 577 milliards ;4 
    •    nous extrayons près de 100 milliards de tonnes de ressources par an, ce qui équivaut à plus de la moitié du poids du mont Everest ; il s’agit là d’un bon indicateur de notre impact physique sur la Terre5.

    Le stockage gratuit d’énormes quantités de carbone et la pollinisation des cultures sont deux des nombreux services que les écosystèmes sains rendent aux sociétés humaines (voir Illustration 2). 

     

    ILL. 2. Notre activité économique dépend de la natureNat_Cap_non-renewable-renewable_FR.pngSource : LOIM. À des fins purement illustratives.

     

    Investir dans la nature pour notre futur 

    Nous avons identifié un univers d’environ 500 sociétés de petite et moyenne capitalisation dont les produits et services permettent de préserver la nature et de valoriser sa capacité de régénération. Elles sont en général alignées avec les thèmes suivants :

    •    La bioéconomie circulaire rendue possible par les nouvelles technologies
    •    Des modes de production plus efficients grâce à l’utilisation efficace des ressources
    •    Une approche de la consommation axée sur les résultats
    •    L’évolution vers un monde sans déchets 

    Les investisseurs qui ciblent des opportunités parmi ces entreprises soutiennent, selon nous, le deuxième pilier du Pacte G7 2030 Nature Compact. Investir dans le capital naturel est essentiel pour mobiliser une partie des capitaux nécessaires à la décarbonisation de l’économie, à la restauration de la biodiversité et au soutien d’une croissance durable.

    Les principaux objectifs de l’investissement dans le capital naturel sont de générer un impact positif, d’intégrer la durabilité et d’aligner la croissance sur la viabilité future des écosystèmes mondiaux. Alors que les décideurs et la société dans son ensemble reconnaissent que la perte de biodiversité menace la santé de l’humanité, de la planète et de l’économie, nous pensons que les entreprises dont les activités sont alignées sur un avenir durable présentent les meilleures opportunités à long terme.

    sources
    3  The Economist,14 Juin 2021.
     Programme des Nations unies pour le développement, 2017
    5  Circle Economy, 2017

    informations importantes.

    Le présent document a été émis par Lombard Odier Funds (Europe) S.A., société anonyme de droit luxembourgeois, dont le siège social est situé au 291, route d'Arlon, L-1150 Luxembourg. La société est autorisée et réglementée par la Commission de Surveillance du Secteur Financier (CSSF) en qualité de Société de gestion au sens de la Directive européenne 2009/65/CE (telle qu’amendée) et la Directive européenne 2011/61/UE sur les gestionnaires de fonds d’investissement alternatifs (Directive AIFM). Les objectifs de la Société de gestion sont la création, la promotion, l’administration, la gestion et le marketing d’OPCVM, de fonds d’investissement alternatifs (AIF), d’autres fonds réglementés, de véhicules de placement collectif ou d’autres véhicules luxembourgeois et étrangers, ainsi que l’offre de services de gestion de portefeuille et de conseil en investissement.
    Lombard Odier Investment Managers (« LOIM ») est un nom commercial.
    Ce document est fourni exclusivement à des fins d’information et ne constitue pas une offre ou une recommandation d’achat ou de vente d’une valeur mobilière ou d’un service. Il n’est pas destiné à être distribué, publié ou utilisé dans une juridiction où une telle distribution, publication ou utilisation serait illégale. Ce document ne contient pas de recommandations ou de conseils personnalisés et n'est pas destiné à remplacer des conseils professionnels au sujet d’investissements dans des produits financiers. Avant de conclure une transaction, l’investisseur doit examiner avec soin si celle-ci est adaptée à sa situation personnelle et, si besoin, obtenir des conseils professionnels indépendants au sujet des risques, ainsi que des conséquences juridiques, réglementaires, financières, fiscales ou comptables. Ce document est la propriété de LOIM et est adressé à son destinataire pour son usage personnel exclusivement. Il ne peut être reproduit (en partie ou dans son intégralité), transmis, modifié ou utilisé dans un autre but sans l’accord écrit préalable de LOIM. Ce document contient les opinions de LOIM à la date de publication.
    Ni le présent document, ni une copie de celui-ci ne peuvent être envoyés, amenés ou distribués aux États-Unis d’Amérique, dans l’un de leurs territoires, possessions ou zones soumis à leur juridiction, ou à l’attention ou dans l’intérêt d’un ressortissant américain (US Person). À cet effet, le terme « ressortissant » désigne tout citoyen, ressortissant ou résident des États-Unis d’Amérique, tout partenariat organisé ou existant dans un État, territoire ou possession des États-Unis d’Amérique, toute société de capitaux soumise au droit des États-Unis d’Amérique ou d’un État, territoire ou possession des États-Unis d’Amérique, ou toute propriété ou tout trust soumis à l’impôt fédéral des États-Unis d’Amérique, quelle que soit la source de ses revenus.
    Source des chiffres : sauf mention contraire, les chiffres sont fournis par LOIM.
    Bien que certaines informations proviennent de sources publiques réputées fiables, en l’absence de vérification indépendante, nous ne pouvons garantir leur exactitude et leur exhaustivité.
    Les avis et opinons sont exprimés à titre informatif uniquement et ne constituent pas une recommandation de LOIM pour l'achat, la vente ou la détention de quelque titre que ce soit. Les avis et opinions sont exprimés en date de cette présentation et sont susceptibles de changer. Ils ne doivent pas être interprétés comme des conseils en investissement.
    Aucune partie de ce document ne saurait être (i) copiée, photocopiée ou reproduite sous quelque forme que ce soit ou (ii) distribuée à toute personne autre qu’un employé, cadre, administrateur ou agent autorisé du destinataire sans l’accord préalable de Lombard Odier Funds (Europe) S.A. © 2021 Lombard Odier IM. Tous droits réservés.